« Sneckdown » : la neige redessine l’infrastructure routière!

|

Avez-vous déjà entendu parler du « sneckdown » ? Non. Dans ce cas, les lignes suivantes risquent bien de vous intéresser. Car, d’ici quelques années, le « sneckdown » sera peut-être le moyen qui va permettre de revoir la voierie sans dépenser des milliers d’euros. 

Ce terme provient bien sûr des Etats-Unis. Le mot « sneckdown » est la combinaison de « snowy », enneigé et « neckdown », saillie de trottoir, en anglais. C’est en fait l’amas de neige vierge qui se forme naturellement au bord de la chaussée ; là où les voitures ne roulent pas. Et, en ne passant pas sur tel ou tel espace, elles démontrent tout simplement qu’elles n’en ont pas besoin. 

Bref, cette méthode empirique permet à des citoyens soucieux de leur environnement urbain de proposer de nouvelles zones piétonnes. Leurs constatations peuvent servir de bases pour l’aménagement d’infrastructures sans gêner pour autant les flux d’automobilistes. Grâce à ces constatations, il est notamment possible d’imaginer des îlots de sécurité tels que ceux que l’on retrouve dans les importants croisements de nos agglomérations. 

Le hashtag #sneckdown a été créé sur Twitter il y a un an. Depuis, les photos de « sneckdown » ont commencé à être massivement diffusées sur les réseaux sociaux. Plusieurs médias ayant relayé ces informations, il semble donc que les ingénieurs en charge des infrastructures routières ne puissent plus passer à côté. Ils n’ont donc plus d’excuse pour ne pas mettre en place ce qui pourrait aller dans l’intérêt de tous les usagers de la rue.

Pensez-vous que la neige puisse inspirer les ingénieurs en charge des voieries ?