L’antidote au blues des parents

|

Un enfant qui part vivre en kot, c’est souvent un facteur de stress. Un parent sur trois se dit triste, et 85% avouent même avoir peur. La solution : une bonne voiture d’occasion pour les trajets quotidiens.

La fin de l’année scolaire est là, et en septembre, c’est la rentrée pour tous ceux qui poursuivent des études supérieures, universitaires ou pas. Pour les parents, le dilemme est de taille : payer un kot, ou acheter une voiture pour effectuer les trajets. C’est en partant de ce constat que My Way, un des leaders belges du marché de la voiture d’occasion, a commandé une étude pour mieux cerner la position des parents face à cette situation. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’ils ont le blues…

Vaincre la peur

L’étude en question porte sur 225 parents avec un enfant terminant ses études secondaires ou ayant quitté le domicile familial pour étudier au cours de ces deux dernières années. Premier constat : plus d’un parent sur trois est triste à l’idée que son enfant quitte le domicile familial pour aller vivre en kot. Mais le chiffre le plus interpellant concerne le sentiment de peur, qui touche 85% des parents. Peur de quoi ? Principalement de l’abus d’alcool et des drogues. Mais aussi de la mauvaise alimentation, de la solitude ou encore de l’échec scolaire. Bref, ce n’est pas la joie.

En toute confiance

Toujours selon cette étude, réalisée par le bureau spécialisé Emakina/Insights, 14% des sondés se disent prêts à investir dans un véhicule pour que leur enfant ne tombe pas dans les pièges d’une vie en kot. Dans ce cas, My Way est le partenaire idéal. Chez My Way, impossible d’acheter un chat dans un sac. L’âge et le kilométrage sont certifiés, chaque véhicule est entièrement révisé et bénéficie d’une garantie d’un an (extension possible à 3 ans). Et pour que vous soyez sûr de votre choix, avant de décider, faites donc un essai de votre future voiture. C’est gratuit !

www.myway.be