Tesla Model S: Victime de « hackers » !

|

La semaine dernière, à Pékin, lors d’une conférence consacrée à la sécurité informatique asiatique (SyScan), Tesla a fait les frais d’une première plutôt originale. Les responsables de l’événement ont en effet organisé un concours dont le but était le piratage d’une Tesla Model S ; le constructeur présentant sa berline 100 % électrique comme un véhicule inviolable. Mais, quand on offre une prime de 10.000 dollars à celui qui arrive à s'infiltrer dans le système de la Tesla à distance, son esprit de pirate s’éveille...

Le résultat ? Peu flatteur pour Tesla. Des « hackers » en provenance de l'Université de Zhejiang n’ont pas fait les choses à moitié puisqu’ils ont réussi à avoir accès à plusieurs des fonctions du véhicule : ouverture automatisée des portes, klaxon, vitres électriques et allumage des phares. Et ce, lorsque l’auto roulait ! Voilà sans nul doute une donne qui risque de ne pas rassurer le plus grand monde à une époque où les voitures et les ordinateurs sont de plus en plus liés.

Tesla s’est néanmoins révélé bon joueur. La sécurité informatique des voitures devenant un enjeu réel, la firme a indiqué dans un communiqué de presse que les failles détectées seraient corrigées très rapidement et qu’elle supporterait toujours toutes les recherches susceptibles de dénicher de nouvelles failles. En d’autres mots, elle a fait passer un message aux « hackers » de Zhejiang ; du genre : « Votre aide est toujours la bienvenue ! ». Désormais, Tesla sait que pareille forme de sous-traitance ne peut plus être négligée.

Au fait, une voiture gouvernée par un ordinateur vous fait-elle peur ?