ESSAI Audi A5 Cabriolet: ouverte à de nouveaux plaisirs

|

Après le coupé et le Sportback, c’est au tour du cabriolet de venir gonfler la gamme A5. Une déclinaison en filiation directe avec sa devancière dont elle se distingue par quelques détails très pratiques.

La nouvelle Audi A5 Cabrio calque évidemment ses lignes sur celles du coupé. Les traits sont donc plus musclés que sur le modèle remplacé, les galbes plus prononcés, le regard plus acéré. Capote relevée ou repliée, l’Allemande reste un modèle d’élégance grâce au toit en toile qui permet de conserver la fluidité du profil. Et comme dans le coupé, quatre adultes de taille moyenne peuvent prendre place à bord.

Des micros dans les ceintures

Là où l’A5 Cabrio innove, c’est en matière de facilité d’usage au quotidien. Par exemple, la capote électrique se commande désormais d’un simple «clic» en roulant - et en roulant seulement – jusqu’à 50 km/h sans qu’il ne soit nécessaire de maintenir la pression durant toute la manœuvre, réalisée en 15 secondes. De même, le compartiment dans le coffre destiné à accueillir la capote ne nécessite plus d’intervention humaine : il se déploie et se replie automatiquement en fonction de la position du toit. Replié, ce dernier empiète de 60 litres sur le volume de chargement initial (380 litres).



Le dispositif de soufflerie chauffe-nuque est évidemment reconduit, et s’active désormais via le panel de commandes de la climatisation, permettant de ne plus avoir à se perdre dans le dédale de menus du système multimédia. Audi a également eu la bonne idée d’implanter des microphones dans les ceintures de sécurité avant afin de faciliter la compréhension des conversations téléphoniques cheveux au vent.

Gamme complète

Toute l’offre de motorisations du coupé est bien présente. La gamme diesel se compose donc du 2.0 TDI 190ch et du V6 3.0 TDI dans ses configurations 218 ou 286 chevaux. En essence, le 2.0 TFSI est livrable en 252ch dans un premier temps, bientôt rejoint par une déclinaison 190ch. Cette dernière sera la seule à recevoir une boîte manuelle (six rapports). Les autres s’en remettent aux solutions automatiques S-Tronic à 7 rapports et double embrayage, ou Tiptronic 8 vitesses. La transmission intégrale Quattro est également proposée sur les motorisations les plus généreuses.

Affaire de couple

C’est avec le 2 litres 252ch que nous débutons notre essai. Un moteur qui colle bien à l’esprit «grand tourisme» de l’A5. Très linéaire dans ses montées en régime, ce moteur permet de profiter de son généreux couple (370 Nm) pour rouler sur un filet de gaz comme pour prodiguer des performances honorables : 6,7 secondes suffisent à accrocher les 100 km/h. En plaçant le curseur du Drive Select sur «Dynamic» cette A5 TFSI ne rechigne pas à hausser le rythme, son train avant précis et la belle réactivité de l’ensemble moteur-boîte se montrant à la hauteur des promesses. Mais son poids conséquent (1.650 kilos au bas mot) grève l’agilité dans les enchaînements de virages. Un constat qui vaut également pour le 3.0 TDI 218. Encore plus coupleux (400 Nm), celui-ci fait preuve d’une belle disponibilité (couple maxi dès 1.250 Nm) pour assurer des relances nettes à toutes les rotations. Par contre, sa sonorité aurait mérité plus de soin, surtout pour un six cylindres. Cela aura au moins eu le mérite de nous faire apprécier l’excellent travail d’isolation procuré par la capote acoustique.

S5

La gamme est coiffée par la S5 au V6 3 litres TFSI de 354 chevaux. Un moteur dont on apprécie la rondeur et la mélodie, doublées d’une santé de feu : le 0 à 100 est abattu en 5,1 secondes ! Très équilibré, le châssis répond au doigt et à l’œil aux injonctions, profitant de sa transmission intégrale Quattro fournie de série pour se prévaloir d’une motricité et d’une efficacité difficiles à prendre en défaut. Et plus encore en optant pour le différentiel Quattro Sport proposé en option ! Cette version n’en reste pas moins une sportive «modérée» parfaitement utilisable au quotidien dans une relative discrétion.

Conclusion

Encore une fois, Audi frise la perfection. Capitalisant sur les atouts du modèle précédent, cette nouvelle A5 Cabrio y ajoute quelques nouveautés bien senties et se montre plus gratifiante à conduire.
 

+

Qualité irréprochable

Nouveautés pratiques

Efficacité routière

Dynamisme en hausse

Agrément de la S5

Insonorisation de la capote

-

Poids

Sonorité des TDI


L’A5 cabrio 2.0 TFSI Quattro en quelques chiffres

Moteur : quatre cylindres, turbo, essence, 2.987cc; 252ch de 5.000 à 6.000tr/min; 370Nm de 1.600 à 4.500tr/min

Transmission : aux quatre roues

Boîte : automatique 7 rapports

L/l/h (mm) : 4.673/1.846/1.383

Poids à vide (kg) : 1.650

Volume du coffre (l) : 380

Réservoir (l) : 54

0 à 100 km/h (sec.) : 6,7

  

Prix : 55.850 € TVAC

Puissance : 252 ch

Vitesse maxi : 250 km/h

Cons. mixte : 6,2 l/100km

CO2 : 141 g/km