ESSAI DS e-Tense: un proto en plein Paris

|

DS a eu l’idée un peu folle de nous confier le volant de son e-Tense concept-car au beau milieu de la circulation parisienne. Une expérience mémorable…

Ils osent chez DS! Les responsables de la jeune marque française nous ont en effet conviés à essayer l’e-Tense sur route ouverte, et à Paris qui plus est. Direction donc les Champs-Elysées, et première frayeur : la voiture est en panne. Notre confrère japonais y est allé un peu fort sur les pavés, et les connexions électriques ont souffert. Un contretemps vite résolu par les ingénieurs, mais plus question de pavés. On essayera donc la bête du côté de Versailles!

Ultra-basse

Dévoilé lors du dernier Salon de Genève, le concept e-Tense est une GT à hautes performances propulsée par deux moteurs électriques. Longue de 4,7 mètres, elle ne dépasse pas 1,3 mètre de haut et repose sur d’énormes jantes de 20 pouces chaussées de pneus 305/30 ZR 20 à l’arrière. Un véritable monstre aux entrailles dans lesquelles je me glisse avec précaution. L’ingénieur qui m’accompagne réinitialise le système avec son PC, et c’est parti, en silence...

Coque en carbone

Une DS5 ouvre la marche, et une DS3 la ferme derrière moi. Les premiers tours de roue se font à allure réduite. Il a plu, et les moteurs électriques envoient tout de même 402 chevaux et 516 Nm de couple (immédiat) aux roues arrière. Donc prudence, d’autant que la garde au sol est ultra-limitée. Mais la DS5 accélère le rythme. J’appuie. Ça pousse fort, très fort. Le plus étonnant, c’est que les sensations au volant sont plus proches de celles d’une voiture de série que d’un prototype. Certes, le mobilier craque un peu et les suspensions sont très sèches, mais la direction est précise, le train avant incisif, et l’équilibre global incite à la confiance. Les 450 kilos de batterie lithium-ion sont logés sous le plancher, ce qui abaisse le centre de gravité. Grâce à sa coque en carbone, l’e-Tense ne dépasse pas 1,8 tonne. Le freinage est mordant et progressif, les virages s’enchaînent sous le regard ahuri des autres usagers de la route. DS annonce le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, je les crois sur parole. Mais à ce rythme-là, la voiture s’arrêtera bien avant les 310 km d’autonomie théorique…

Le souci du détail

Retour dans la circulation. L’e-Tense ne possède pas de lunette arrière, mais une caméra renvoie les images sur le rétroviseur intérieur. J’en profite pour allumer le système audio FOCAL Utopia mis en valeur par le silence de fonctionnement. La plupart des fonctions se commandent à l’aide d’une tablette tactile, mais c’est le soin apporté à la finition qui impressionne le plus. Il a fallu plus de 800 heures de travail aux selliers de la marque pour concevoir les sièges et la planche de bord. Sur la console centrale, le laiton a été guilloché à la main pour réaliser le motif «Clous de Paris». Performances, technologie et raffinement sont donc au rendez-vous de ce joujou extraordinaire qui préfigure, dans certains détails, ce que pourraient être les futurs modèles de la marque.

L’e-Tense en quelques chiffres

Moteur : 100% électrique; 402 ch; 516 Nm

Transmission : aux roues arrière

L/l/h (mm) : 4.720/2.080/1.290

Poids à vide (kg) : 1.800

0 à 100 km/h (sec.) : 4,5

V-max : 250 km/h (limitée)

Autonomie : 310 km (cycle mixte) 

+

Design

Performances

Comportement routier

Qualité de finition

-

Poids (batteries)

Confort (sièges)

Position de conduite