ESSAI Ford Edge : Nouveau vaisseau amiral

|

Depuis plusieurs années déjà, le segment des grandes berlines ne réussit plus guère aux constructeurs généralistes. Demandez par exemple à Peugeot, Citroën ou Renault. Ou demandez simplement à Ford, qui a laissé sans suite la dernière Scorpio. C'est donc vers un véhicule d'un autre genre que certains d'entre eux s'orientent pour séduire la classe moyenne supérieure. Telle sera la mission du Ford Edge. Nous avons eu l'occasion de faire quelques tours de roues à bord, et les premières impressions sont bonnes. Mais il y a un mais…

Dimensions

Par ses dimensions extérieures et celles de son habitabilité déjà, le Ford Edge est clairement positionné au sommet de la gamme : 4,78 mètres de long, 2,18 de large et 1,74 de haut, c'est, pour vous situer, les dimensions à quelques centimètres près d'un VW Touareg. à 2.849 mm, l'empattement est un peu plus réduit mais on comprend tout de même que ça dégagera des places arrière plutôt confortables. Et du peu que nous ayons déjà pu juger, le confort sera en effet l'un de ses arguments majeurs.

Tout en douceur                                                

Nous avons découvert le Ford Edge durant un événement que le constructeur avait organisé pour nous montrer son savoir-faire en matière de transmission intégrale. Le sujet était abordé par l'aspect sécurité et dynamisme, par l'aspect off-road et soft-road, et même par l'aspect ultra-sportif, avec la très attendue Focus RS. L'Edge illustrait le propos non sur une portion routière sportive, mais dans la boue et les bosses. Et le premier enseignement que nous en tirons ne concerne pas les capacités "hors-piste". Signalons tout de même que la météo n'avait pas facilité les choses, puisque la pluie avait rendu les sentiers boueux vraiment très boueux. Et le gros Ford s'en est assez bien sorti. Mais ce que nous retenons surtout de ce petit tour dans les bois, c'est la douceur de l'amortissement de l’Edge. Très prometteur, d'autant qu'on peut faire confiance à Ford pour mettre au point un châssis qui n'oubliera pas d'être dynamique, histoire de bien exploiter les 180 chevaux et 400 Nm (ou 210 et 450, selon la version choisie).

Chut !

Cette qualité s'ajoute à une autre, qui enfonce décidément le clou du confort : une insonorisation très soignée. L'Edge est équipé d'un 2.0 TDCi, qui n'est déjà pas le diesel le plus bruyant du marché. à part quand il fallait donner du gaz pour escalader l'une ou l'autre bute glissante, on ne l'a guère entendu. Nous ignorons si notre véhicule était équipé du système «Active Noise Control», qui émet via les haut-parleurs des contre-fréquences annulant celles émises par le moteur et par les bruits de roulement. Si oui, on peut déjà dire que ce système est très efficace. Sinon, on peut prévoir qu'avec le système, le confort sonore risque d'être de très, très haut niveau !

Le "mais"

OK, l'essai n'a duré que quelques minutes, mais il a permis de déceler toutes ces qualités prometteuses. Par contre, quelques secondes ont suffi pour que quelque chose nous laisse sur notre faim  : la présentation intérieure. Précisons que les images ne sont pas celles de l’Edge dans lequel nous étions installés. Question qualité, rien à redire. Les matériaux semblent être d'excellente facture, aucun plastique dur ne nous a sauté aux yeux et l'assemblage apparaît parfaitement rigoureux. Le truc, c'est qu'on n'observe rien à bord qui fasse vraiment luxe, qui flatte les sens. Nous pouvons même dire que la dernière Mondeo que nous avons essayée nous a plus donné l'impression de tirer vers le premium que ceci. Ce n'était pourtant pas une version Vignale, du nom du nouveau niveau de finition haut de gamme et personnalisable de Ford. Alors soit : supposons que l’Edge en question est un exemplaire qui passe ses journées à tourner dans le centre d'essai de Ford à Lommel, et qu'il s'agit d'une version "base de chez base". On attendra donc de voir une version "marché" pour vraiment juger. L'exemplaire exposé au Salon apportera déjà, on l'espère, un début de réponse. Mais le fait est que si, nous le répétons, le Ford Edge semble techniquement très abouti, nous asseoir à bord ne nous donne pas envie de le préférer à un VW Touareg ou à un Hyundai
Santa Fe, par exemple. Espérons que Ford lise ces quelques lignes…

Conclusion

En proposant un SUV en guise de haut de gamme, Ford n'invente rien mais fait un choix judicieux. Le confort et l'espace y sont. Reste à faire attention à la présentation. Et bien sûr, on attend les tarifs…


Points positifs

Insonorisation très soignée

Habitabilité

Confort général

Point négatif

Présentation intérieure trop standard ?


L’Edge en quelques chiffres       

Moteur : 4 cylindres turbo diesel, 1.997cc; 180ch à 3.600tr/min; 400Nm à 1.750tr/min.

Transmission : intégrale intelligente.

Boîte : manuelle 6 rapports.

L/l/h (mm) : 4.779/2.179/1.742

V-max : 200 km/h

Conso. mixte : 5,8 l/100km (à confirmer)

CO2 : 149 g/km (à confirmer)

Prix : à définir







 

 

%MCEPASTEBIN%