ESSAI Maserati Ghibli : Petit à petit…

|

… Maserati refait son nid. Depuis le lancement de la Ghibli et l'arrivée de moteurs diesels dans la gamme, le constructeur de Modène se sent revivre. Et on constate que les profits engrangés par l'explosion des ventes est judicieusement réinvesti dans ce qui est crucial à ce niveau, la qualité !

En 2009, le compteur des ventes mondiales de Maserati s'était arrêté à 4.489. Même avec seulement deux modèles dans la gamme – la GranTurismo et la précédente Quattroporte – ça ne faisait pas lourd ! Entretemps sont arrivées les GranCabrio en 2010, puis les nouvelle Quattroporte et Ghibli en 2013. La même année, Maserati a introduit un 6 cylindres 3.0 diesel au catalogue. Du coup, en 2014, le constructeur a vendu plus de 36.000 voitures. En chiffres absolu, cela reste très modeste par rapport aux marques concurrentes mais quel constructeur ne rêve pas d'une progression de 800% ?

Mise à jour

La première bonne nouvelle est que la mise à jour du millésime 2016 de la Ghibli est absolument invisible de l'extérieur. La beauté sensuelle est intacte et sa présence sur la route reste inégalée dans le segment. Dans notre précédent numéro, nous vous présentions la concurrente directe de la Ghibli et autre outsider face aux intouchables allemandes, la Jaguar XF. Nous disions d'elle qu'elle était l'une des plus charismatiques de sa catégorie. Mais LA plus charismatique, la voici, c'est la Ghibli ! Les premiers changements se manifestent à bord, et c'est la seconde bonne nouvelle. On sent que Maserati acquiert peu à peu les moyens de ses ambitions et que des efforts sérieux sont consentis sur les chaînes de montage : les ajustements sont plus précis, les bruits parasites disparaissent, la qualité des rares plastiques visibles (puisque majoritairement recouverts de cuir) progresse… Bref, la qualité de finition, plus gros handicap face à la concurrence, s'améliore pas à pas. Et si on opte pour le mélange de cuir et de soie de la finition Ermenegildo Zegna représenté sur nos images, du nom de la célèbre marque de mode, on pardonne totalement le peu qu'il reste à pardonner. Enfin, il y a là encore, et au-delà de la qualité, une qualité qu'on ne trouve nulle part dans la catégorie "luxe" que dans une Maserati : le charme, la séduction, et osons même dire l'Art. Un intérieur allemand est-il de meilleure qualité ? Oui, sans discussion. A-t-il cette classe, cette sensualité, dégage-t-il autant de passion automobile ? Même pas en rêve ! Et ceci est un message à toute une catégorie de conducteurs à qui cela peut parler : au moment de choisir, pensez à pousser la porte d'une concession Maserati. Il y a peut-être quelque chose pour vous !

Euro 6

Techniquement maintenant, la mise à jour ne concerne principalement que les moteurs, qui sont désormais tous Euro 6. Pour le diesel 3.0 de 275 chevaux et 600 Nm, cela ne change rien en termes de consos ou d'émissions de CO2, toujours à 5,9l/100km et 158 g/km. Cela change pour les NOx par contre, émissions devenues célèbres à la faveur du dieselgate de VW, puisque la voiture gagne un système de post-traitement AdBlue. La dernière bonne nouvelle s'adresse aux «vrais», ceux qui ne conçoivent une Maserati qu'avec un V6 ou un V8 essence : tant les V6 bi-turbo de 330 et 410 chevaux que le V8 bi-turbo 530ch (uniquement Quattroporte) voient leurs valeurs moyennes chuter de quelque 12%. Ajoutons que les voitures gagnent un nouveau système de surveillance d'angle mort et une porte de coffre à ouverture "mains libres" et voilà, nous avons fait le tour des nouveautés. Là, clairement, il existe encore un fossé considérable avec toutes les aides à la conduite que l'on peut trouver chez la concurrence. 

Magie

Maserati n'a, à l'occasion de ce face-lift, apporté aucun changement au châssis. Cela signifie que sur la route, la Ghibli est toujours telle que nous vous l'avions décrite précédemment et ça, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle, notamment pour cause de nouvelle Jaguar XF, encore elle. Car elle et la Ghibli jouent sur le même terrain de constructeur sportif, abandonné depuis longtemps par la Série 5. Et alors qu'on associe plus volontiers le caractère et la hargne à l'Italie, La XF est clairement la plus sensationnelle. 

Problème d'image

Oui, Maserati a un souci d'image, mais pas celui qu'on imagine. Le souci de l'image est qu'elle est toujours très forte, celle d'une prestigieuse marque sportive italienne qui, comme une Ferrari ou une Lambo, serait hors de portée. Une Ghibli essence ou diesel démarre à 68.000 euros. Alors, hors de portée !? Pas plus que les concurrentes allemandes de mêmes puissances !


Conclusion

La vraie force d'une Maserati est impossible à décrire en quelques lignes, il faut le vivre. Et nous ne saurions trop vous conseiller, après votre énième allemande, de faire l'expérience. De chercher à comprendre ! Si vous êtes conquis, c'est que vous êtes un réel passionné d'automobile…


La Maserati Ghibli 3.0d en quelques chiffres

Moteur : V6 turbo diesel, 2.987cc; 275ch à 4.000tr/min; 600Nm à 2.000tr/min.

Transmission : aux roues arrière.

Boîte : auto 8 rapports.

L/l/h (mm) : 4.971/1.945/1.461

Poids à vide (kg): 1.835

Volume du coffre (l) : 500

Réservoir (l) : 70

0 à 100 km/h (sec.) : 6,3



Points positifs

Design charismatique et sensuel

Qualité en progression

Sonorité mécanique, même diesel

Personnalité forte

Luxe à l'italienne

Points négatifs

Moins sportive qu'une Jaguar XF

Retard technologique face aux rivales ?


Les autres motorisations

V6 : 330ch, 8,9l/100km, 263km/h, 68.407 euros TVAC.

V6 S : 410ch, 9,6l/100km, 285km/h, 81.245 euros TVAC.


Prix : 68.000 € TVAC

Puissance : 275 ch

V-max : 250 km/h

Conso. mixte : 5,9 l/100km

CO2 : 158 g/km