ESSAI Mercedes GLE Coupé : Un X6 oui, mais un X6 Mercedes !

|

Sur ce coup-là, Mercedes a franchement louché chez BMW : ce GLE Coupé s’inspire clairement du concept et du style du X6. Mais voyons si au-delà de son look, il a une personnalité à lui…

Le BMW X6 a fait recette. Il a donné naissance au petit BMW X4 et inspire aussi la concurrence, dont Mercedes qui présente le GLE Coupé, un gros SUV dynamique aux allures de coupé. L’engin dérive du Classe M (qui s’offre un lifting et change de nom, voir encadré) et il s’étire sur 4,90 mètres de long, soit le gabarit du BMW X6, son rival désigné. Tout comme chez BMW, on se retrouve ici face à un engin plutôt envahissant et assez ostentatoire. Une voiture qui aime se montrer. D’ailleurs, pour encore mieux frimer, elle peut chausser des jantes allant jusqu’à 22 pouces et s’habiller d’un pack AMG !

Accueillant

S’il roule des mécaniques de l’extérieur, à bord ce GLE Coupé est plus classique. À l’avant, on retrouve la planche de bord du Classe M restylé (et rebaptisé GLE, donc), avec un écran central plus grand qu’avant et désormais partiellement intégré à la planche de bord, ainsi que l’arrivée d’un pavé tactile (optionnel et pas franchement utile car pas plus rapide que la molette classique) pour commander le système multimédia. Bref, à l’avant, tout comme un X6 est l’égal d’un X5, ce GLE Coupé est similaire au GLE classique (l’ancien ML, donc...).   

C’est à l’arrière que les choses pourraient se corser, vu que le profil de coupé mange de la garde au toit. Mais en pratique, notre crâne n’a jamais frôlé le plafond. On est donc bien installé, d’autant que l’espace pour les jambes est très généreux. La banquette ne coulisse pas, mais son dossier s’incline. Et si l’occupant de la place centrale doit composer avec un dossier plus dur que les autres, il est cependant correctement installé. 

Du coffre

Côté coffre, on n’est pas déçu non plus. Le volume global est généreux : il varie de 650 litres banquette en place à 1.720 litres lorsque les dossiers sont rabattus. Soit des valeurs bien meilleures que celles d’un BMW X6 (de 580 à 1.525 litres). Bien sûr, le pavillon plongeant limite la hauteur utile du coffre et le seuil de chargement est haut perché, mais globalement ce coffre est pratique. Seul problème : la hauteur de la voiture impose de pratiquement grimper dans la soute pour attraper les objets qui se situent au fond. Et pour rabattre la banquette, ne cherchez pas de poignées dans le coffre, il faut effectuer l’opération depuis les places arrière. Et il faut d’ailleurs d’abord redresser l’assise avant de rabattre les dossiers pour obtenir un plancher plat. 

Des moteurs

Sous le capot, ce GLE Coupé ne reprend que les moteurs les plus huppés du GLE. Tous sont suralimentés. On trouve les versions 350d (3.0 V6 diesel 258ch), 400 (3.0 V6 essence 333ch), 450 AMG (3.0 V6 poussé à 367ch) et AMG 63 (5.5 V8 de 557ch) ou 63 S (585ch). Toutes les versions disposent d’une transmission intégrale (par différentiel central avec répartition du couple avant/arrière de 50/50% sur les versions normales et 40/60 sur les AMG) et d’une boîte automatique à 9 rapports (sauf les 63 AMG qui reçoivent une boîte spécifique à 7 rapports).

Du lourd !

Pour cet essai, nous avons testé deux versions : la 350d et la 450 AMG. Le diesel, silencieux et très coupleux, assure de bonnes performances, pour une consommation d’environ 10,5l/100km en conduite courante. Mais la boîte manque toujours un peu de réactivité, en particulier en mode confort, axé sur la baisse de la consommation. Quant au 450 AMG (78.045 euros), son V6 à la cartographie revue fait crépiter l’échappement en mode Sport+ et offre de bonnes performances (0 à 100 km/h en 5,7 secondes), mais il ne distille pas la poussée velue ni la sonorité caverneuse des 63 AMG (0 à 100 km/h en 4,3 secondes pour la 557ch et 4,2 pour la 585ch), il est vrai facturées au minimum… 44.000 euros plus cher !

Côté comportement, les ingénieurs nous disent avoir raidi l’amortissement du GLE Coupé de 30% par rapport à celui du GLE classique (le Coupé est donc forcément moins à l’aise en tout terrain). Ils ont aussi légèrement réduit la démultiplication de la direction, pour imprimer un caractère plus sportif au modèle. Nous, on retiendra surtout que SUV/Coupé est très confortable, même en version AMG. Par contre, bien que très efficace au regard du gabarit de l’engin, le comportement n’incite pas à une conduite très active. Les mouvements de caisse sont fort marqués dans les enchaînements (les barres antiroulis actives, de série sur toutes les AMG, limitent le phénomène, mais sans l’éliminer) et le poids élevé nuit à l’agilité et à l’endurance du freinage. Un BMW X6, réglé plus ferme et armé d’un différentiel arrière à répartition vectorielle de couple, est plus efficace en conduite dynamique. Mais moins confortable… Le GLE Coupé a donc choisi son camp et n’a pas essayé de copier BMW sur ce plan. Son truc, c’est le confort !

En ce qui concerne le budget (un poste qui importe il est vrai assez peu pour les acheteurs de ce genre d’engins…), cette Mercedes est tarifée pratiquement au même prix que le X6. Un exemple : le GLE Coupé 350d coûte 76 euros de plus que le X6 30d de puissance identique ! 

Conclusion

S’il copie le X6 sur la forme et le prix, le GLE Coupé s’en distingue sur le fond, en jouant la carte du confort, quitte à reléguer le dynamisme au second plan. Une philosophie différente. Mais tous deux ont le même esprit frimeur…

Le GLE Coupé 350d en quelques chiffres

Moteur : V6 turbo diesel, 2.987cc, 258ch à 3.400tr/min, 620Nm de 1.600 à 2.400tr/min.
Transmission : aux 4 roues.
Boîte : automatique à 9 rapports.
L/l/h (mm) : 4.900//2.003/1731
Poids à vide (kg) : 2.260
Volume du coffre (l) : de 650 à 1.720
Réservoir (l) : 93
0 à 100 km/h (sec.) : 7

Prix : 67.276 € TVAC

Puissance : 258 ch

V-max : 226 km/h

Conso. mixte: 6,9 l/100km

CO2: 180 g/km

Les points positifs

Habitacle et coffre spacieux
Confort de marche (suspension pneumatique)
V6 diesel coupleux et silencieux

Les points négatifs 

Poids très élevé
Mouvements de caisse en conduite dynamique
Boîte 9 manquant parfois de réactivité
Emissions de CO2 élevées
Aptitudes en tout terrain limitées