ESSAI Mercedes SLC: baby AMG

|

Après avoir fait de 2015 son "Année du SUV", Mercedes annonce que 2016 sera son "Année de la Dream Car". On sait que les Classe C Cabrio et Classe E AMG s'apprêtent à nous faire rêver, mais voici déjà un second amuse-bouche. Moi, je prendrai ça en plat…

Second amuse-bouche car vous verrez le premier dans ce même numéro, sous forme de la sublime Classe S Cabrio. Soyons toutefois honnêtes : la SLC que voici est un peu moins "100% nouveauté", puisqu’il s’agit d'une mise à jour rebaptisée de la SLK.

Retouches               

Le directoire de la marque l'a récemment confirmé en marge du Salon de New York : l'avenir de Mercedes passe par une sportivité de plus en plus exacerbée. Le succès des modèles AMG est exponentiel depuis quelques années, et le constructeur va beaucoup capitaliser là-dessus à l'avenir. Raison pour laquelle chaque nouveau modèle affiche des lignes qui ne dénoteront pas sur une variante hautes performances, ce que confirment les retouches apportées à la SLK, pardon, SLC.

La voiture reste globalement la même mais son nouveau faciès, fait de phares un peu plus étirés et d'un bouclier plus expressif, évoque en effet plus la performance. à l'arrière, quelques modifications apportées aux blocs optiques, à la partie basse du pare-chocs et aux sorties d'échappement font l’affaire. à bord par contre, la SLC trahit son âge. Elle est en effet née en 2011, avant l'avènement de l'écran central "flottant" et du module de commande à Touchpad. Dans l'absolu, la présentation est évidemment plus que correcte mais quand on connaît les produits de la marque, on sent que ça date un peu.

Cela étant, les équipements d'info-divertissement ou d'aide à la conduite progressent, la SLC étant plus connectée que jamais et des raffinements tels le freinage automatique d'urgence ou la caméra de recul font leur apparition.

D'un extrême à l'autre

C'est sous le capot qu'il y a le plus de changements, notamment aux deux extrémités du catalogue. Mercedes introduit d'abord un nouveau ticket d'entrée à 34.500 euros dans la famille SLC, la SLC 180 à bloc 4 cylindres turbo essence 1.6, fort de 156 chevaux et 250 Nm. Viennent ensuite les SLC 200 et 300 à moteur 2.0, de respectivement 184 et 245 chevaux, et la diesel 250d 204ch, toutes trois inchangées. Les 350 (6 cylindres 305ch) et 55 AMG (V8 422ch) tirent par contre leur révérence. Désormais, le haut de gamme est assuré par la SLC 43 AMG et avant de vous en parler, ajoutons que la boîte auto 7 rapports est remplacée dans toute la gamme (option sur 180 et 200, série sur les autres) par l'excellente boîte auto 9 rapports.

Pour votre serviteur, la version 43 AMG était une découverte. Ici, point de moteur né chez AMG même, mais bien le V6 3 litres Mercedes, copieusement remanié par AMG. Cela suffit-il à donner le frisson  ? Ô que oui ! Car AMG essore ce brave moulin à 367 chevaux et 520 Nm. Sur une voiture d'un peu moins de 1.600 kilos, ça dépote clairement, d'autant que la boîte auto 9 sait parfaitement ce qu'elle a à faire. Et quand on place le Dynamic Select sur Sport, voire Sport+, on est toujours au bon régime pour disposer de la ressource nécessaire. Ensuite, qui dit AMG dit sonorité d'un autre monde. Là aussi, le contrat est rempli, avec un travail très expressif sur l'échappement qui donne le petit supplément d'âme au moteur. Enfin, ce que nous avons le plus apprécié, c'est ce moteur est parfaitement "à la taille" de la SLC. Car souvent, un moteur AMG pure race est trop sauvage, trop brutal pour une voiture pas toujours à l'aise avec ce qu'elle reçoit. Et c'était particulièrement vrai dans le cas de la SLK. Ici, on peut pousser le moteur jusqu'au bout de son bout, sans mettre le reste de la voiture en difficulté. Au pire la rend-t-on un peu plus joyeuse du train arrière, ce qui est fort agréable dans un petit roadster du genre. Une vraie machine à manger de la montagne ! 

Conclusion 

La SLC donne un coup de jeune esthétique à la SLK. Mais si on veut aussi le coup de jeune sur la route, c'est avec ce jeune moteur "baby AMG" qu'il faut la choisir. Mariage réussi !



L’AMG SLC 43 en quelques chiffres

Moteur : V6 bi-turbo, 2.996cc; 367ch de 5.500 à 6.000tr/min; 520Nm de 2.000 à 4.200tr/min.

Transmission : aux roues arrière.

Boîte : auto 9 rapports.

L/l/h (mm) : 4.143/1.810/1.303

Poids à vide (kg): 1.595

Volume du coffre (l) : 225-335

Réservoir (l) : 70

0 à 100 km/h (sec.) : 4,7



Points positifs

Retouches esthétiques bien dosées

Charme intact

Nouvelle entrée de gamme (relativement) accessible

Moteur "baby AMG" très réjouissant

Version 43 AMG hyper convaincante 


Points négatifs

Présentation intérieure vieillissante

Poids conséquent pour un roadster

Moins sexy qu'une capote en toile?

Accessibilité du coffre en mode ouvert


Les autres motorisations

SLC 180 : 156ch, 5,6l/100km, 226km/h, 34.485 euros TVAC.

SLC 200 : 184ch, 6,1l/100km, 240km/h, 39.446 euros TVAC.

SLC 300 : 245ch, 5,8l/100km, 250km/h, Prix NC

SLC 250d : 204ch, 4,4l/100km, 245km/h, 44.528 euros TVAC.



Prix : 60.742 € TVAC

Puissance : 367 ch

V-max : 250 km/h

Conso. mixte : 7,8 l/100km

CO2 : 178 g/km