ESSAI Mini Cooper Cabrio: deux ans d'attente

|

Il aura fallu attendre deux ans avant que la nouvelle Mini enlève le haut. La voilà prête pour l’été...

Lancée il y a deux ans, la dernière Mini découpe enfin son toit. Et par rapport à l’ancien cabrio, le nouveau s’est allongé de 10 cm et a élargi sa carrure de 4,4 cm. Le gabarit a donc enflé, mais les proportions sont préservées et l’engin conserve son style typique.

Toile de maître ?

Cette nouvelle Mini Cabrio a donc toujours la bouille de ses devancières. Et sa carrosserie tout en rondeurs se couvre toujours d’une capote en toile, qui se plie et se déplie de manière entièrement automatique, en 18 secondes. L’opération peut s’effectuer à distance, via la télécommande, ou en roulant. Mais pas trop vite (jusqu’à 30 km/h)... Cette capote dispose toujours de l’originale fonction « toit ouvrant », qui permet de n’ouvrir que la partie avant de la toile (sur 40 cm), pour un léger rafraîchissement.

Autre originalité : la capote peut désormais se couvrir des couleurs de l’Union Jack, le drapeau britannique. Mais pour que votre toit prenne des allures de toile de maître, il faudra débourser plus de 600 euros… Heureusement, le dessin ne s’effacera pas au lavage, puisque le motif est piqué à même le tissu !

Plus pratique

On n’achète pas une Mini Cabrio pour faire les brocantes, mais on peut avoir envie de l’emmener en vacances... Dans ce cas, on est content de constater que le coffre a grossi. Son volume augmente d’environ 25 litres par rapport au cabrio d’ancienne génération. Mais ça reste limité, avec 215 litres lorsque la capote est fermée et 160 lorsqu’elle est ouverte. Pour faciliter l’accès à la soute, la partie arrière de la capote peut se relever manuellement de quelques centimètres, via des bras télescopiques. A noter aussi que les dossiers de banquette peuvent toujours se rabattre en deux parties.

À bord, les places arrière deviennent plus spacieuses, mais restent toujours exigües. Elles n’accueilleront deux adultes que pour dépanner sur de petits trajets. Par contre, à l’avant, on ne manque pas d’espace et on apprécie la planche de bord originale, garnie de commandes de type basculeur, d’aspect rétro.  Et cette dernière génération de Mini est aussi mieux finie que ses devancières, bien que certains plastiques restent de qualité moyenne au regard du prix. Capote en place, on a aussi entendu quelques petits craquements de toiture, mais rien d’alarmant.

Plus lourde

La nouvelle Mini Cabrio est disponible en versions One (1.2 turbo 3 cylindres 102ch), Cooper (1.5 turbo 3 cylindres 136ch), Cooper S (2.0 turbo 4 cylindres 192ch), John Cooper Works (2.0 turbo 231ch), Cooper D (1.5 turbo diesel 3 cylindres 116ch) et Cooper SD (2.0 turbo diesel 4 cylindres 170 ch).

Notre essai débute au volant de la Cooper. Le trois cylindres n’aime pas les hauts régimes, mais il est coupleux. Et, bien que la Mini Cabrio ait pris 115 kilos par rapport à sa sœur à toit dur, les performances restent très correctes. Par ailleurs, le pare-brise droit et le filet anti-remous nous abritent bien du vent. Parmi les options, on vous conseille la boîte automatique, douce et rapide. Et aussi la caméra de recul, car la capote qui se rabat en sac à dos limite la visibilité vers l’arrière...

Toujours fun

Changement de rythme à bord de la Cooper S : le moteur a la voix plus rauque et le paysage défile plus vite (0 à 100 km/h en 7,2 secondes). Si la rigidité n’est pas parfaite (la colonne de direction et le pare-brise sont souvent pris de petits tremblements), le modèle plonge toujours d’un virage à l’autre avec vivacité. Le coup de volant est direct et précis. Et le comportement reste efficace sur les revêtements dégradés, grâce à un amortissement plus conciliant qu’avant. La Mini n’est en effet plus le bout de bois qu’elle était, ce qui est encore plus appréciable dans cette version cabriolet, davantage portée sur la balade. À noter aussi que cette voiture a le sens civique : son système de freinage automatique d’urgence détecte notamment les piétons. Et si la collision est inévitable : le capot actif se soulève pour amortir la chute de l’usager faible…

Conclusion

La dernière Mini a mûri et sa version Cabrio aussi. Le modèle conserve son style qui plait tant, mais devient plus pratique et avale mieux les mauvais revêtements. La Mini Cabrio est donc plus agréable que jamais. Mais toujours aussi chère…

La Cooper Cabrio en quelques chiffres

 • Moteur : 3 cylindres en ligne, essence, 1.496cc, 136ch à 4.400tr/min, 220Nm à 1.250tr/min.

 • Transmission : aux roues avant.

 • Boîte : 6 rapports, manuelle ou automatique.

 • L/l/h (mm) : 3.821/1.727/1.415

 • Poids à vide (kg) : 1.280

 • Volume du coffre (l) : de 160 à 215

 • Réservoir (l) : 40

 • 0 à 100 km/h (sec) : 8,8


Points positifs

Style toujours plaisant

Possibilités de personnalisation esthétique

Habitabilité et coffre en hausse

Plus confortable qu’avant

Points négatifs

Prix élevé, options nombreuses

Visibilité arrière limitée

Rigidité moyenne

Places arrière toujours pour enfants


Prix : 24.480€ TVAC

Puissance : 136 ch

V-max : 208 km/h

Conso. mixte: 4,9 l/100km

CO2: 114 g/km