ESSAI Peugeot 5008: ce n'est pas la taille qui compte

|

Même Renault a viré sa cuti en sacrifiant une partie de la modularité proverbiale du Scénic au profit d'un look tirant sérieusement sur le crossover, plus mode. Peugeot a plus clairement tranché dans le vif. Le monospace 5008 n'attire plus les foules? Qu'à cela ne tienne : faisons-en un SUV.

Même si les ingénieurs avaient très bien fait leurs devoirs en préparant les 3008/5008, comme nous le savons maintenant, pouvaient-ils deviner que le nouveau 3008 allait susciter autant d'enthousiasme ? Peut-être pas : le lancement du 5008 était initialement prévu pour le printemps. Mais le succès du 3008 est tel que l'usine parvient tout juste à répondre à la demande, et qu'il a fallu repousser le lancement du 5008 à juin prochain. De bon augure pour le 5008 ? Nous le pensons.

Mêmes qualités

Car en bon « jumeau » qu'il est, le 5008 reprend toutes les qualités du 3008, soulignées à l'unisson par la presse.
ça commence par un look diablement réussi. Bon, les goûts et les couleurs, tout ça… Personnellement, je trouvais que le 3008 était moins pire que son prédécesseur, mais encore trop baroque. Puis finalement, il m'a eu à l'usure. Aujourd'hui, je lui trouve un réel charisme.

Le plus marquant avec le 3008, et donc maintenant avec le 5008, c'est la qualité de l'habitacle. Du plastique moussé partout, jusque dans les coins où on ne va pas souvent scruter, de beaux ajustements, des commandes au toucher « sérieux », des matériaux de finition très bien choisis (tissus chamarré ou bois de chêne pour la planche de bord et les garnitures de portes par exemple). C'est non seulement qualitatif, mais c'est en plus de bon goût, flatteur. Et les finitions haut de gamme comme la GT Line ou la GT sont carrément luxueuse. Quelle réussite! Y a pas à dire, si ça continue comme ça, Peugeot aura atteint son objectif de montée en gamme, qui placerait la marque sur le haut du panier des généralistes, avec VW. Et pour rester dans le groupe PSA, on est curieux de voir comment DS, qui vise à terme un vrai positionnement « premium », ira plus loin encore.

Compromis parfait

Autre qualité – moins surprenante – que le 5008 reprend du 3008: son comportement routier. La nouvelle plateforme modulaire de Peugeot fait vraiment des merveilles, puisqu'elle place chaque véhicule qui en dispose parmi les références de leur segment respectif en termes de dynamisme et de confort. C'est le cas de la 308, c'est le cas du 3008, c'est maintenant le cas du 5008. Car si ce dernier est allongé de 19 cm par rapport à son petit frère, si l'empattement gagne 16,5 cm, le poids n'augmente que de 50 à 60 kilos selon les versions, soit l'équivalent d'un passager pas trop lourd. Et pour les moteurs comme pour le châssis, ça ne fait aucune différence. Dès la mécanique de base (le 3 cylindres essence 1.2 turbo de 130 chevaux), le 5008 se montre bien assez réactif (plus que le temps officiel du 0 à 100 ne le laisse imaginer), la prise de roulis en virages est minime, la direction est précise et communicative, la tenue de route est au top et le confort n'est pas sacrifié. Pour un véhicule de ce genre, le compromis ne pourrait pas être plus judicieux.

Du coup, il faut pinailler pour trouver des défauts. Par exemple, avec le 1.2 et la boîte manuelle, il est presque impossible de démarrer avec fluidité, problème inexistant avec la boîte auto 6 rapports. Il est vrai aussi que les consommations sont à la limite du décevant, ou encore que les réglages du volant ne permettront pas à tout le monde de trouver la position de conduite parfaite, surtout si on ne veut pas cacher le magnifique écran digital configurable du Virtual Cockpit, en série sur toute la gamme. Rien de vraiment rédhibitoire, donc. Et nous devons encore terminer avec un point fort propre au 5008.

Immense

Cette qualité, c'est toute la partie arrière. D'abord, l'empattement allongé garanti un joli supplément d'espace aux jambes pour les occupants de la banquette, du moins lorsqu'elle est repoussée tout en arrière. Car la banquette, ou plutôt les trois sièges identiques qui la composent, sont indépendamment coulissants, inclinables et rabattables. Les strapontins du coffre sont une option à 750 €, libre à vous de ne pas les acheter et de disposer alors d'un coffre offrant un volume sous tablette de… 1.060 litres ! Vous avez besoin de ces sièges (très très justes pour des adultes, même banquette coulissée en avant) ? Vous ne perdrez que 106 litres de coffre, ce qui laisse encore un énorme volume. Mais… chose unique dans le segment, ces strapontins de 11 kilos pièce sont extractibles. Et boum, re-1.060 lites ! Rabattez la banquette ainsi que le siège du passager avant, et boum : 2.638 litres, et la possibilité d'embarquer des objets de 3,2 m de long. 



Conclusion

On dit que ce n’est pas la taille qui compte, c'est la qualité. Le 5008 a les deux. Si bien qu'on se demande si Hyundai et VW feront encore longtemps la loi dans le segment…

+

Charisme

Qualité de finition, présentation

Contenu technologique

Réel plaisir de conduite

-

Accord entre le 1.2 et la boîte manuelle

Réglage du volant pas idéal pour tout le monde

7 places en option

Délais de livraison?
 

La Peugeot 5008 1.2 PureTech en bref

Moteur : 3 cyl. essence turbo, 1.199cc; 130ch à 5.500tr/min; 230Nm à 1.750tr/min

Transmission : aux roues avant

Boîte : manuelle 6 rapports

L/l/h (mm) : 4.641/2.098/1.646

Poids à vide (kg) : 1.310

Volume du coffre (l) : 1.060 – 2.638

Réservoir (l) : 56

0 à 100 km/h (sec.) : 12,4
 

Prix : 25.279 € TVAC

Puissance: 130 ch

V-max : 188 km/h

Conso mixte : 5,1 l/100 km

CO2 : 117 g/km