ESSAI Seat Ateca: des lendemains qui chantent

|

Après quelques années difficiles, Seat retrouve des couleurs. Et voici quelque chose qui va donner à la marque un gros coup de pouce. Premier SUV du constructeur, l'Ateca était en effet attendu comme le messie.

On l'attendait bien sûr chez Seat avec une grande impatience, puisque personne n'ignore que le SUV est LE segment qui marche en ce moment. Et ça ne semble pas vouloir changer. Mais à en juger par les réactions observées dans les rues de Barcelone où nous avons pu essayer l'Ateca, il semble que le public aussi ait très envie de découvrir cette nouveauté.

Sexy

Et pour attirer les foules, l'Ateca peut déjà compter sur un indiscutable pouvoir de séduction. Le langage stylistique actuel de Seat se transpose à merveille sur un véhicule plus volumineux. Il a du style, il a du caractère, il a du charme… Avec le break Leon ST, l'Ateca est l'un des plus beaux véhicules de la gamme. Personnellement, nous le trouvons aussi plus attirant que le VW Tiguan, avec lequel il partage bien sûr sa base technique.

Compact

Avec ses 4,36 mètres de long, l'Ateca est réellement compact. Il est même plus court que la Leon ST. Mais le packaging est très bien pensé puisque l'espace intérieur, notamment aux places arrière, est extrêmement généreux. Aux genoux comme à la tête, il y a tout le dégagement dont on a besoin, même si on frôle les deux mètres. Le coffre est aussi de très belle taille avec 510 litres en configuration normale (485 avec transmission AWD), et 1.604 litres de volume maxi, le record de la catégorie.

Trop sérieux

Par contre, il faut bien dire qu'à l'une ou l'autre exception près, la présentation de l'habitacle n'est carrément pas folichonne. C'est très bien assemblé, les matériaux sont d'excellente qualité (à la VW évidemment) mais Dios mio que c'est sérieux! Dans une voiture qui cherche à exprimer sa latinité à l'extérieur, on aimerait quelque chose de plus souriant, pas une réinterprétation à peine divergente de ce qu'on trouve dans le VW.

Recharge par induction

Par contre, Seat n'a pas lésiné sur le contenu technologique. Jamais un véhicule du constructeur espagnol n'a été aussi blindé de joujous. Il y a évidemment tout l'arsenal de sécurité qui va de la détection de piéton à la lecture des panneaux routiers, en passant par la surveillance de changement de bande avec direction active. Notez qu'on a tôt fait de la déconnecter tant elle se montre pointilleuse quant à la position sur la route. On un peu l'impression d'avoir affaire à une vieille institutrice revêche qui vous dit sans cesse « Non, pas là, j'ai dit là !". ». En revanche, on apprécie le système quand il travaille avec le régulateur de vitesse à contrôle de distance pour faire fonction d'assistant d'embouteillage, et vous débarrasse d'une bonne partie de la corvée. Il y a aussi le système multimédia intégrant le Full Link avec Apple Car Play et Android Auto, la petite zone dans la console pour recharger un Smartphone par induction et le connecter à l'antenne de la voiture pour une meilleure réception téléphonique, et encore un hayon à ouverture/fermeture automatique, que l'on active d'un mouvement du pied sous le pare-chocs arrière. Bref, il y a tout le petit nécessaire de l'automobiliste moderne. Et selon la bonne habitude Seat, tout cela est disponible à des tarifs pratiquement aussi avantageux que ceux de Skoda.

Simpatico

Le catalogue de l'Ateca propose deux moteurs essence (3 cylindres 1.0 TSI 115 ch et 4 cylindres 1.4 TSI 150 ch) et trois diesel (1.6 TDI 115 ch et 2.0 TDI 150 ou 190 ch). Boîte manuelle 6, DSG 6, transmission avant ou aux quatre roues, à peu près toutes les combinaisons sont possibles. Les versions 4x4 (chez Seat, ça s'appelle 4Drive) disposent de quelques outils pour le travail tout-chemin, comme le contrôle de vitesse en descente, mais rien d'extrême.

Sur la route, l'Ateca est une très agréable découverte. On sent bien le lien de parenté étroit avec le Tiguan, par exemple à travers l'excellent confort de roulage et l'insonorisation soignée, mais on sent aussi les différences. Ainsi en version traction, l'Ateca est un peu moins rigoureux, un peu plus sous-vireur quand on passe à l'attaque des virages que son cousin… germain. Rien de dramatique cela dit. ça se passe un peu mieux en version 4Drive. Mais là encore, on sent que la transmission n'est pas vraiment typée sport, comprenez que les roues arrières ne travaillent pas assez à faire rentrer le véhicule dans la courbe. Pour un véritable Ateca de sport, il faudra attendre une éventuelle version FR, à propos duquel on nous a dit « Oui, nous y pensons ». C'est vrai que ça pourrait être vachement bien, ça. Mais même s’il est un peu moins dynamique que le Tiguan, l'Ateca communique plus de joie de vivre au volant. Il est plus chouette, plus jovial. Enfin plus latin, quoi. Et ça, c'est muy simpatico.

Conclusion

Pas de surprise, l'Ateca est à peu près aussi réussi qu'on pouvait s'y attendre. Et ce carton commercial annoncé, Seat va connaître quelques belles années de succès. Des lendemains qui chantent, en somme.
 

+

Design séduisant

Excellente habitabilité

Contenu technologique très complet

Confort

Plus « jovial » sur la route qu'un Tiguan…

-

… mais un peu moins dynamique

Présentation intérieure trop sérieuse
 

Le Seat Ateca 1.6 TDI en quelques chiffres :

Moteur : 4 cylindres turbo diesel, 1.598cc; 115ch de 3.250 à 4.000tr/min; 250Nm de 1.500 à 3.250tr/min.

Transmission : aux roues avant

Boîte : manuelle 6

L/l/h (mm) : 4.363/1.841/1.601

Poids à vide (kg): 1.375

Volume du coffre (l) : 510 – 1.604

Réservoir (l) : 50

0 à 100 km/h (sec.) : 11,5

Prix : 22.660 € TVAC

Puissance : 115 ch

V-max : 184 km/h

Conso. mixte : 4,2l/100km

CO2 : 111g/km
 

Autres motorisations :

1.0 TSI : 115 ch ; 5,2 l/100km ; 
183 km/h, 19.990 € TVAC

1.4 TSI : 150 ch ; 5,3 l/100km ; 
201 km/h, 26.550 € TVAC

2.0 TDI : 150 ch ; 4,3 l/100km ; 
205 km/h; 28.850 € TVAC

2.0 TDI : 190 ch ; 5,0 l/100km ; 
212 km/h; 37.650 € TVAC