ESSAI VW Touran : Le juste milieu ?

|

Après douze ans d’une carrière couronnée de succès, le Touran méritait bien à son tour de bénéficier d’une refonte technique en profondeur. Il en profite pour s’étirer légèrement afin de mieux s’intercaler entre la Golf Sportsvan et le Sharan. Un juste milieu idéal ? 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les clients à la recherche d’un monovolume familial ont l’embarras du choix chez Volkswagen entre la Golf Sportsvan, le Touran et le Sharan… sans oublier les deux versions civilisées des utilitaires Caddy et Transporter. Intercalé au milieu de cette large bande, le Touran affiche un compromis intéressant entre habitabilité et compacité. Il s’avère d’autant plus convaincant qu’il jouit à son tour de la grande modernisation liée à son utilisation de la fameuse plateforme modulaire MQB du groupe Volkswagen. Une bonne nouvelle. Car même si ses remises à niveau successives (en 2006 et 2010) lui ont permis de faire illusion, ce modèle dont le lancement remonte à 2003 commençait tout de même à perdre pied sur le plan technique. Reproche que l’on ne pourra plus adresser au millésime 2015. Rien que son système d’info-divertissement compatible avec les systèmes MirrorLink, Apple Car Play et Android Auto, configurable par les enfants depuis les places arrière via une tablette connectée, envoie déjà la concurrence dans les cordes. Ajoutez-y un hotspot wifi et vous avez le nouveau meilleur ami des familles « branchées » !

13 cm de bonheur

Plus fondamentalement, c’est l’intégralité du Touran qui effectue un vrai saut de génération. Profitant des matériaux légers de la plateforme MQB, le nouveau Touran enregistre une réduction de poids allant jusqu’à 67 kg tout en affichant des proportions mieux adaptées à un usage familial. Comprenez que la quasi-totalité de l’allongement du véhicule (+13 cm) profite ainsi à l’empattement (+11 cm). Résultat : tout en restant relativement compact pour le segment des monovolumes à sept places (4,52m, soit entre les Scénic court et long), le Touran libère une habitabilité royale au deuxième rang. Détail qui a toute son importance : la largeur aux coudes de 1,52m permet d’installer trois sièges enfant côte à côte. L’espace aux jambes généreux au deuxième rang profite également aux passagers du fond des versions à sept places. Grâce aux rails coulissants (dont l’amplitude de réglage atteint dorénavant 20 cm), il est possible de libérer les centimètres supplémentaires qui manquaient au précédent Touran pour en faire un véritable véhicule à sept places. Mais plus que ces centimètres gagnés, c’est le souci du détail qui force l’admiration : les dossiers réglables en inclinaison, la présence de fixations Isofix sur tous les sièges (même ceux du fond), la cinématique d’accès vers la troisième rangée, les espaces de rangement, les stores latéraux, la possibilité d’opter pour des sièges chauffant à l’arrière, etc. Tout est pensé pour faciliter la vie des familles !

Déménageuse en herbe

Si l’on se demande comment un véhicule si court peut libérer un espace intérieur si généreux quand on s’installe à l’arrière, la question devient encore plus criante quand on ouvre le hayon (éventuellement via un mouvement du pied sous le pare-chocs). Sous la plage arrière, on dispose de 749 litres, qui peuvent même grimper à 1.040 si on installe le filet de séparation pour charger jusqu’au toit. C’est tout simplement gigantesque ! Cerise sur le gâteau : le Touran n’impose plus de retirer (et stocker quelque part…) ses sièges du deuxième rang en cas de besoin puisqu’ils se replient dorénavant tous dans le plancher en un tournemain. On se retrouve alors avec… 1.980 litres disponibles. Quasiment 2 m3 de coffre dans une enveloppe de 4,52m ! Vous en voulez plus ? Le siège passager avant, sur la finition Highline, accepte également de se replier en tablette pour le transport d’objets longs. Mais, à nouveau, à côté des chiffres, ce sont tous les petits détails du coffre qui séduisent : prises 12v et 230V, espace de rangement pour le cache-bagage, crochets d’arrimage, « coin » en plastique à scratcher sur le tapis de coffre pour caler une caisse (une astuce piquée au cousin Skoda !), rails de fixation pour divers accessoires, etc.

Equipements modernes

Profitant de ses nouvelles entrailles techniques modernes, le Touran s’équipe d’une ribambelle d’équipements technologiques. En vrac, on citera le système de freinage automatique d’urgence et multi-collision (en série !), le régulateur adaptatif, un détecteur de somnolence, un amortissement piloté, un correcteur de cap ainsi qu’un très efficace système dirigeant automatiquement la voiture lors des manœuvres en marche arrière avec une remorque.

Sur le plan mécanique, on retrouve lors du lancement trois blocs TDI (1.6 TDI 110ch et 2.0 TDI 150 ou 190 ch). L’offre d’accès confère déjà une belle rondeur et des performances convaincantes pour un usage « classique ». Mais le 2.0 TDI 150, au prix d’un niveau sonore un peu plus marqué, assure des prestations de premier ordre. De quoi permettre au Touran d’affronter des ascensions de col, même le coffre chargé jusqu’au plafond ! En essence, Volkswagen propose son étonnant 1.2 TSI 110ch aux petits rouleurs, un 1.4 TSI 150ch à l’aise sur tous les fronts et un 1.8 TSI 180ch pour les plus sportifs. Quant au comportement dynamique, inutile de s’y attarder
des heures (de toute façon, cette première prise en main sur des routes hollandaises ne permettait pas de l’inspecter dans ses moindres détails) : il s’apparente à celui d’une Golf. C’est-à-dire efficace, propre, net et sans reproche.

Conclusion

Le Touran ne s’offre ni la carrosserie la plus extravagante ni la planche de bord la plus « joyeuse » du segment des monovolumes compacts mais son rapport encombrement/volume intérieur, son souci du détail et ses nombreux équipements modernes le transforment en outil idéal pour les familles. Il ne reste plus au grand Sharan que ses portes arrière coulissantes pour tenter de se démarquer de ce petit frère décidemment surdoué.

Le Touran 1.6 TDI 110 en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres en ligne, turbo diesel à rampe commune, 1.598cc; 110ch de 3.200 à 4.000 tr/min; 250Nm de 1.500 à 3.000 tr/min.

Transmission : aux roues avant.

Boîte : manuelle à 6 rapports ou double embrayage à 7 rapports.

L/l/h : 4.527/1.829/1.659 mm

Poids à vide (kg): 1.539

Coffre (l) : de 743 à 1.980

Réservoir (l) : 58

0 à 100 km/h (sec.) : 11,9


Points positifs

Rapport encombrement/habitabilité/coffre

Modularité exemplaire

7 vraies places

Finition irréprochable / souci du détail

Equipements modernes

Points négatifs

Style classique/passe-partout

Intérieur tristounet

Portes arrière encombrantes sur les parkings

Prix : 26.880 € TVAC

Puissance : 110 ch

V-max : 187 km/h

Conso. mixte : 4,4 l/100km

CO2 : 115 g/km