ESSAI Volkswagen Tiguan: faites chauffer les usines!

|

Après un premier bref essai sur la glace en mars, nous avons enfin pu découvrir le nouveau Tiguan dans des conditions normales. Et nous n’avons pas été déçus…

A la question "Pourquoi le premier Tiguan a-t-il vécu 9 longues années?", VW répond  : "Parce qu'il se vendait très bien comme ça." En effet, 2,8 millions d'exemplaires est un très joli score. Et encore, ça aurait pu être mieux… Et là, la première pensée du gars porté sur la vanne serait de dire "Oui, si son look avait été moins quelconque…", mais ce serait faux.

Si VW n'a pas vendu plus de Tiguan, c'est parce que la capacité de production ne pouvait aller plus loin. Mais il est vrai que jusque-là, le Tiguan s'est plus vendu par la seule force de son badge et de tout ce qu'il représente que par la qualité de son design. Si la capacité de production ne peut pas être augmentée, les futurs acheteurs ont donc intérêt à être patients !

VW pur jus

Car pour ce qui est des choses qu'expriment le badge, rassurez-vous, elles sont bien sûr toujours bien là. La qualité de fabrication, les matériaux d'excellente tenue, la présentation sobre… Du VW en plein, côtés pratiques inclus. En mars dernier, à l'occasion de notre essai dans le Grand Nord, nous avions déjà souligné que si les dimensions progressent très raisonnablement, l'habitabilité – surtout arrière – et les dimensions du coffre progressaient considérablement. Nous ajouterons que non seulement celui-ci, avec 520 litres (615 banquette coulissante avancée au max), progresse de 50 litres, mais que son seuil de chargement est en plus abaissé de 4 cm. Pratique, quoi !

Côté équipement, nous avions évoqué l'affichage tête haute, mais pas encore le combiné d'instruments 100% digital (option) à la façon de la Passat ou des Audi. Et faut-il encore s'attarder sur le système d'info-divertissement de dernière génération, ses apps téléchargeables, Apple Car Play et Android Auto, etc. ? Bon à savoir tout de même: l'apparition d'une caméra 360° multi-angles, très pratique quand on se gare mais aussi quant on utilise la transmission 4Motion pour de petits exercices de franchissement.

Parlons aussi du niveau de sécurité du nouveau Tiguan. Les nouveautés majeures sont la surveillance de changement de bande avec correction de cap active, le freinage automatique d'urgence en ville avec détection de piétons et, pour protéger ces derniers en ultime recours, un capot actif qui amortira un éventuel choc. Bref  : pratique, qualitatif et potentiellement bien équipé, le nouveau Tiguan remet à la page les atouts ayant fait le succès de son devancier. Sauf que…

Le look en plus

Sauf qu'en plus maintenant, il est vachement beau ! Il a du caractère, est athlétique, un brin agressif, presque sportif… De quoi séduire ceux pour qui les qualités VW passaient après l'attractivité d'un design. En clair, la clientèle cible est sensiblement élargie et nous en arrivons à la patience évoquée plus haut : si VW vendait déjà autant de Tiguan qu'il était possible d'en produire et s'il y a plus encore de monde pour lui en concessions, quid des délais de livraisons ? Mais c'est ce qu'on appelle un problème de luxe…

2.0 TDI only

Au fil des semaines et des mois, on trouvera au catalogue Tiguan des versions essence TSI de 125 à 220 chevaux, une version hybride plug-in GTE, des 2.0 TDI 115 et 190 chevaux, et même le 2.0 TDI bi-turbo 240ch que l'on trouve déjà dans la Passat. Mais dans un premier temps, le seul moteur disponible est le 2.0 TDI 150ch, livrable avec boîte manuelle 6 ou DSG 7, et avec ou sans transmission intégrale 4Motion. Petit rappel : dans le Tiguan, la transmission intégrale 4Motion est pour la première fois enrichie d'un sélecteur permettant de modifier ses paramètres de fonctionnement (ainsi que ceux de la réponse des gaz, de l'ABS, du contrôle de traction et de la boîte DSG éventuellement), pour la route, la neige et le travail Offroad.

Nous avions vu que sur la neige, ces systèmes mettaient en valeur le très bel équilibre du Tiguan, et faisait apparaître un engin assez dynamique. En essai routier, c'est moins parlant. Il est vrai que l'itinéraire proposé, très peu exigeant, ne permettait pas vraiment au Tiguan de s'exprimer.

Nous avons noté un toucher de route certes plus direct, plus consistant, mais en combinant ce que nous avons ressenti et notre expérience, on se dit que le créneau du Tiguan est plutôt le confort d'utilisation. Le silence de fonctionnement est soigné, l'agrément de conduite y est et un bref passage off-road (plutôt bien géré par la transmission 4Motion) a mis en évidence une belle douceur d'amortissement.

Conclusion

Le fun ? Le Tiguan le laisse sagement à certains de ses rivaux. Lui, il reste l'un des SUV compacts les plus qualitatifs du marché. Et, surprise du chef, l'un des plus sexy, désormais !

 

Le Tiguan 2.0 TDI 150 4Motion en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres turbo diesel, 1.968cc; 150ch de 3.500 à 4.000tr/min; 340Nm de 1.750 à 3.000tr/min.

Transmission : aux 4 roues.

Boîte : manuelle 6 rapports.

L/l/h (mm) : 4.486/1.839/1.632

Poids à vide (kg): 1.491

Volume du coffre (l) : 520-1655

Réservoir (l) : 58

0 à 100 km/h (sec.) : 9,3


Points positifs

Enfin un look !

Encore plus pratique

Encore plus qualitatif

4Motion "configurable"

Confort d'utilisation 

Points négatifs

Options nombreuses

Pas si dynamique que ça

Y'en aura-t-il pour tout le monde ?


Les autres motorisations

TDI 150 2WD : 150ch, 4,8l/100km, 204km/h, 33.810 euros TVAC.

TDI 150 4Motion DSG7 : 150ch, 5,7l/100km, 200km/h, 37.880 euros TVAC.


Prix : 35.710 € TVAC

Puissance : 150 ch

V-max : 201 km/h

Conso. mixte : 5,3 l/100km

CO2 : 139 g/km