Fou : les voitures noires interdites de circulation au Turkménistan

|

Ces dernières semaines, nous avons découvert deux pays où l’absurdité est le maître mot lorsqu’il s’agit de mobilité. Après l’Arabie Saoudite et la Russie, c’est au tour du Turkménistan de faire parler de lui. Et, là-bas, il y a certaines personnes qui font vraiment très fort ; à commencer par le président en place.

A la tête d’un régime politique répressif limitant la liberté de la presse et bafouant allègrement les droits de l’Homme, Gurbanguly Berdimuhamedov vient de prendre la décision d'interdire les voitures noires dans son pays de 5,2 millions d’habitants. La raison invoquée ? Les voitures de couleur noire ne porteraient pas chance. On croit rêver...

Le résultat ne s’est bien sûr pas fait attendre. Les membres de son administration ont donc du faire repeindre leurs voitures en une autre couleur et le peuple doit suivre l’exemple. Par ailleurs, le président du Turkménistan a également décidé que les voitures de couleur noire seraient désormais interdites à l’importation.

Cela dit, ces interdictions ne sont pas uniques en leur genre. Ainsi, au Turkménistan, on ne peut absolument pas : se déplacer avec un modèle dont la cylindrée est supérieure à 3,5 litres, rouler avec une voiture aux vitres teintées, disposer d’un véhicule âgé de plus d’un an ou encore posséder un modèle Premium. Gloups...

Ces diverses mesures semblent bien sûr ne pas concerner Gurbanguly Berdimuhamedov. Car, parmi ses nombreuses voitures personnelles, on trouve notamment une Bugatti Veyron verte qui s’anime, pour rappel, avec un bloc W16 de 8 litres de cylindrée. Mais bon...

Pensez-vous que pareilles interdictions pousseront un jour le peuple à se révolter ?