L’Arabie Saoudite sanctionnera plus sévèrement le « drifting »

|

C’est presque devenu un sport national en Arabie Saoudite ! Au mépris des règles de circulation, des automobilistes font des glissades à haute vitesse et roulent sur deux roues sur la voie publique. Le législateur réagit.

Le trop populaire « drifting »

En Arabie Saoudite, le « drifting » revient à provoquer des glissades à haute vitesse ou à parcourir de longues distances sur deux roues.

Le législateur a décidé de prendre des mesures. Le « drifting » ne sera plus considéré comme un non-respect du code de la route mais plutôt comme un délit criminel. Déchu du permis de conduire durant un mois, le contrevenant devra verser une amande de 10.000 Riyals Saoudiens, soit l’équivalent de 2.000 euros.

En cas de récidive, le montant de l’amande sera doublé, le véhicule sera saisi pour trois mois et l’auteur du délit passera une année en prison.

A la seconde récidive, le conducteur écopera d’une amande de 40.000 Riyals Saoudiens, soit près de 8.000 euros, et sera privé de son véhicule pour une durée de 1 à 5 ans. Les passagers et spectateurs de ces délits feront face à des amandes de 1.500 Riyals Saoudiens.

Si cette pratique parait assez divertissante lorsque l’on la découvre par ordinateur interposé, en particulier quand on constate que les passagers démontent les roues non utilisées durant la manœuvre, le danger est réel pour les pratiquants comme pour les autres usagers de la route. Une étude récente a démontré que 19 personnes décèdent quotidiennement sur ces routes.