2,2 millions de BMW auraient pu être piratées

|

Ce n’est un secret pour personne : si les voitures sont de plus en plus gérées par des systèmes informatiques, elles sont aussi beaucoup plus susceptibles d’être victimes de hackers. Tesla en avait fait la douloureuse expérience il y a quelques mois. Aujourd’hui, ce sont les voitures du groupe BMW (BMW, Mini et Rolls-Royce) qui auraient pu être les victimes de ces pirates informatiques.

Fort heureusement, la faille de sécurité découverte dans le système ConnectedDrive - qui permet notamment, grâce à une carte SIM, une connexion Internet à bord, et l’accès à des applications et services d’aide à la conduite et de divertissement - a été décelée à heure et à temps lors de tests effectués par l’ADAC, le célèbre automobile club allemand.

D’après l’ADAC, cette faille aurait notamment pu permettre de déverrouiller les portes de plus de 2,2 millions de véhicules construits entre mars 2010 et décembre 2014. Evidemment, une fois au courant de cette faille, le constructeur de Munich a immédiatement réagi et a mis à la disposition de ses clients une mise à jour efficace.

Concrètement, BMW a expliqué avoir corrigé la faille en forçant le passage des connexions à HTTPS pour corriger le problème. Si peu de détails ont été rendus publics sur cette vulnérabilité, BMW a toutefois rassuré ses clients en précisant que cette faille ne touchait pas les organes essentiels comme la direction ou le freinage, mais a également précisé qu’aucun cas de vol de voiture exploitant la technique ne lui avait été signalé.

Et vous, craignez-vous que votre voiture soit un jour la victime d’un «hacker» ?