Taxe au kilomètre ? Les routiers n’en veulent pas et le font savoir

|

Les organisations professionnelles du secteur du transport (FEBETRA, TLV et UPTR) sont de très mauvaise humeur. La raison ? L’instauration d’un régime de taxation au kilomètre pour les poids lourds annoncée pour janvier 2016.

Concrètement, les camions de plus de 3,5 tonnes qui traverseraient Bruxelles plutôt que de la contourner devraient à l’avenir payer deux à trois fois plus au kilomètre. Et, comme cette mesure a été prise en concertation avec les deux autres Régions, il en irait donc de même en Flandres et en Wallonie.

A l’annonce de cette instauration, les organisations professionnelles sont montées au créneau et ont rappelé que les transporteurs ont dû faire face, ces dernières années, à une situation économique très difficile, donnant lieu à un nombre record de faillites et de pertes d’emplois. De plus, selon ces organisations, le coût salarial fort élevé paralyse le transporteur belge dans sa lutte contre la concurrence étrangère. Dès lors, si l’on y ajoute la taxe kilométrique selon les tarifs annoncés, le transport routier devient encore de 5 à 10 % plus cher. Il va sans dire que les transporteurs craignent de ne pas pouvoir répercuter ces coûts à la hausse.

Les autorités, pour leur part, confirment que cette taxe remplacera l’Eurovignette. Enfin, d’après elles, l’objectif de cette redevance est d’augmenter la contribution des poids lourds à l’amélioration du réseau routier et de traiter de manière équitable les poids lourds belges et étrangers.

Et vous, êtes-vous pour ou contre l’instauration d’un régime de taxation au kilomètre pour les poids lourds ?