Pour présenter son résultat, le préparateur allemand s’est penché sur la version A 250 à moteur 2 litres turbocompressé. Il passe ici à 270 ch et 430 Nm, de quoi accélérer de 0 à 100 km/h en seulement 5,9 secondes. Les ingénieurs finalisent aussi la mise au point de kits destinés au moteurs Diesel. Brabus, tenant à la réputation de ses moteurs, assortit ses préparations mécaniques d’une garantie de 3 ans ou 100.000 km.

Le cachet Brabus ne concerne pas que le moteur. Dans l’habitacle, la A se drape de cuirs fins et d’Alcantara, la couleur de chaque centimètre-carré étant laissée aux goûts du client. À l’extérieur, les appendices aérodynamiques profitent au look sportif, certes, mais améliorent aussi la pénétration dans l’air de la Mercedes. Ainsi le becquet avant en deux pièces est conçu pour se fixer à la partie inférieure du carénage.

Les volets dont les côtés sont surélevés contribuent à réduire la levée de l’essieu avant à grande vitesse, donc de préserver la stabilité. Les deux éléments fixés au-dessus des deux entretoises horizontales ont une forme permettant de diriger le flux d’air de manière optimale vers les prises d’air latérales.

Pour parfaire le tout, les jantes en alliage monobloc dopent la présence de la Classe A tout en améliorant la tenue de route. Les ingénieurs ont mis au point des combinaisons pneu/roue sur mesure d’un diamètre de 17, 18, 19 et 20 pouces.