Nos confrères de Sudpresse ont enquêté sur le sujet. Avec l’aide de la police fédérale, ils ont récolté des chiffres malheureusement en augmentation. En région de Bruxelles-Capitale, 96 incendies volontaires de véhicules ont été dénombrés en 2016, contre 92 en 2017 et 38 au premier semestre 2018. En Flandre, 152 incendies ont été répertoriés en 2016, contre 171 en 2017 et 60 au premier semestre 2018. En Wallonie, c’est bien pire : 900 voitures brûlées en 2016, pour 999 en 2017 et 424 au premier semestre 2018 !

« Un jeu à la mode »

Les explications peuvent être d’origines diverses : escroqueries à l’assurance, conflits, véhicules volés, etc. Mais Jean-Marc Nerinckx, porte-parole de la zone de secours Hainaut-Est donne d’autres commentaires à Sudpresse : « Nous avons d’un à quatre faits par semaine. Et il ne s’agit pas d’affrontements entre bandes urbaines ou de règlements pseudo-mafieux. C’est simplement le nouveau jeu à la mode… » Voilà qui devrait renforcer encore la présence policière dans les rues, augmenter le nombre de caméras et inciter à garer sa voiture dans un garage…