Mardi dernier avait lieu la traditionnelle conférence de presse annuelle du Groupe Volkswagen, à Wolfsburg. Devant un parterre de journalistes du monde entier, Herbert Diess, CEO du constructeur, a plus que jamais confirmé l’arrivée imminente du véhicule électrique au sein du groupe. Pour ce faire, de gros investissements sont nécessaires, ainsi qu’une réorganisation générale. D’ici 2028, une septantaine de modèles seront lancés, toutes marques confondues.

Pour réduire les coûts, le Groupe Volkswagen a consenti à une large « coupe » dans ses modèles (25% chez VW, 30% chez Audi) et s’est associé à Ford pour l’utilisation d’une plateforme partagée pour le prochain Amarok. Cependant, la conversion des usines coûte cher et Herbert Diess a annoncé une importante restructuration au sein du personnel basé en Allemagne. Ce sont 5.000 à 7.000 emplois qui seront supprimés d’ici 2023, principalement des départs anticipés à la retraite qui ne seront pas remplacés.

Le CEO de Volkswagen a justifié cette annonce par le fait que la construction de véhicules électriques requiert également moins de personnel et que le Groupe veut augmenter sa marge en visant un rendement de 6 % d’ici 2022. Ironiquement, Volkswagen prévoit au même moment d’engager plus de 1.500 spécialistes dans le domaine de l’électronique et des logiciels.

L’automobile est décidemment en train d’évoluer…