La première chose à faire, c’est, dans la mesure du possible, de stocker sa machine à l’abri de l’humidité et des grands froids, en la faisant reposer sur sa béquille centrale plutôt que sur la latérale. Avant d’abandonner sa moto pour plusieurs mois, nettoyez-la et faites le plein de carburant (pour éviter la corrosion dans les réservoirs en acier).

Vérifiez le niveau d’huile moteur selon la procédure prévue par le constructeur et contrôlez la pression de gonflage des pneus (un pneu correctement gonflé se déforme moins vite). Ajustez si nécessaire la tension de la chaîne secondaire, sauf pour les motos à cardan, bien sûr. Ensuite nettoyez-la avec une brosse ad hoc et lubrifiez-la avec un produit spécial en spray.

Un film gras (W40) peut ensuite être pulvérisé sur les parties métalliques non peintes de la moto, pour éviter l’oxydation. Épargnez cependant les pièces en alu et en plastique: ça ne sert strictement à rien! Et surtout évitez comme la peste d’en projeter sur les disques de frein, sous peine de très désagréable surprise au freinage lorsque vous reprendrez la route!

Dernier conseil, mais pas le moins important: soyez attentifs à votre batterie. L’idéal est de posséder un chargeur/économiseur de batterie branché sur une prise domestique. Il suffit de le connecter à la batterie de sa moto avec les pinces “crocodiles” fournies pour conserver automatiquement, des mois durant, une batterie parfaitement chargée, prête pour le redémarrage de printemps. S’il n’y a pas de prise électrique à proximité, n’hésitez pas: déposez la batterie (voir le manuel d’utilisation de la moto) et stockez-là au chaud, connectée à l’indispensable chargeur automatique. Terminez en protégeant votre chère moto sous une housse, ou, à défaut, une veille couverture.