La conduite autonome de niveau 4 signifie que la voiture est capable d’évoluer seule, sans intervention humaine, mais qu’un conducteur est présent à bord “au cas où”. Une flotte de cinq e-Golf électriques a été mise en circulation dans la ville. Elles sont équipées des scanners laser, de caméras, de capteurs ultrasons et de radars.

Les voitures évoluent sur un parcours de 3 km, dans le trafic normal de la cité hanséatique. Les données ainsi collectées seront utilisées pour la recherche en matière de mobilité autonome. Les voitures envoient quelque 5 gigas de données par minute et dans le coffre de chacune de ces Golf on trouve un ordinateur dont la puissance de calcul équivaut à celle de quelque 15 laptops.

Cette expérience permettra aussi de voir quelles sont les modifications à apporter à l’e-infrastructure pour permettre la circulation des véhicules autonomes. La ville de Hambourg veut disposer à brève échéance (2020) de quelque 9 km d’infrastructures routières adaptées à la conduite autonome. Le projet s’intéresse aussi à la communication “véhicle-to-vehicle” et “vehicle-to-infrastructure”. Cette digitalisation doit permettre, à terme, d’optimaliser le trafic automobile dans la ville portuaire.