Dodge Viper

La « coolitude » par excellence ! A l’époque, la passion animait encore le directoire de Chrysler et certains eurent l’idée de rendre hommage à la fabuleuse Cobra avec un engin délicieusement délirant qui en reprenait les préceptes. Ainsi naquit la Viper, pratiquement aussi inconduisible à haute vitesse que son aïeule, avec son gros V10 8 litres (!), mais toujours parfaitement cool aujourd’hui !

Jaguar XJ220

A l’époque, malgré une histoire émaillée de nombreux succès en courses, Jaguar a surtout une image de constructeur de luxe. La marque anglaise décide de redorer ses lettres de noblesses et remporte les 24h du Mans en 1988. Le constructeur décidé alors de proposer des variantes routières d’une supercar de piste aux passionnés fortunés. La XJ220 embarque un V6 de 550 chevaux et n’a été produite qu’à 281 exemplaires.

Bugatti EB110

En 1987, Bugatti renait une nouvelle fois de ses cendres sous la houlette de Romano Artioli. Sa première création débouchera en 1991 sur la EB110, un fantastique coupé à moteur V12 aux codes à faire pâlir d’envie les possesseurs d’une F40 d’alors. Rare, chère et peu fiable, l’EB 110 est aujourd’hui un collector, doublement cool puisque Michaël Schumacher en a possédé une !

Gillet Vertigo

Soyons chauvins ! Les années 90 sont aussi celles qui ont vu naître la marque Gillet, et sa flamboyante Vertigo. En plus d’adopter un style unique, elle battra aussi le record d’accélération de 0 à 100 km/h en 1996. Grâce à son V6 Cosworth, elle bouclera l’exercice en 3,266 secondes ! Belge et détentrice de record, deux raisons d’être résolument « cool ».

Vector M12

Une Ferrari F50 ? Trop classique. Une Lamborghini Diablo ? Surfait. Pour être au sommet du hype dans les années 90, c’est en Vector qu’il faut rouler. Prenant la suite de la tumultueuse W8, elle utilise un moteur V12 en provenance de Lamborghini, développant quelque 500 chevaux et 576 Nm. Inutile de dire que ses ventes sont restées anecdotiques, et qu’en trouver une relèvera du parcours du combattant !