Le duo était raisonnablement ingénieux et a vendu les répliques pour pas mal d’argent, allant de presque 48.000 euros à plus de 66.000 euros (conversion). Bien sûr, aucune pièce réelle n’a été utilisée, mais elles venaient de General Motors. “Une des voitures contenait le moteur d’une Chevrolet Omega”, explique Angelo Fragelli qui a dirigé toute l’opération, dans une interview au journal Folha de São Paulo. Au total, 8 répliques ont été saisies.

En fait, ce sont les deux fabricants italiens eux-mêmes qui ont déposé plainte. L’enquête a débuté il y a deux mois et l’équipe d’enquêteurs a remarqué le garage, entre autres après des plaintes de clients insatisfaits. Et le père et le fils ? Ils ont été interrogés, puis assignés dans une résidence sous surveillance.

Photos : Polícia Civil de Santa Catarina