Des pneus trop usés, mal usés ou abimés constituent un risque très important d’accident. N’oubliez pas que ces quatre petits bouts de « caoutchouc » sont les seuls éléments qui assurent le contact de votre véhicule avec le sol. Ne les négligez donc pas !

Quels sont les risques ?

Si vous vous demandez encore pourquoi il est primordial de chouchouter vos pneumatiques, rappelez-vous que l’éclatement d’un pneu, surtout un pneu avant assurant la direction du véhicule, peut avoir des conséquences fâcheuses principalement sur les autoroutes. Mais également que des pneus dont la bande de roulement est usée, impliquent des difficultés supplémentaires en termes de freinage d’urgence, avec une distance d’arrêt sensiblement allongée, mais également d’adhérence surtout quand les conditions climatiques sont mauvaises. Enfin, n’oubliez pas qu’un pneu usé évacue mal la pluie qui se trouve sur la chaussée et augmente ainsi de manière importante le risque d’aquaplanage.

Pourquoi le pneu s’use-t-il ?

Le pneu garanti à vie n’existe pas encore. L’usure régulière d’un pneu est normale. Elle est due tant au nombre de kilomètres effectués, qu’au style de conduite adopté mais aussi aux caractéristiques du revêtement routier, au temps qui s’écoule et aux conditions de stockage (le véhicule passe-t-il la nuit dans un garage ou devant la maison ?). La pression du pneu joue également un grand rôle dans l’usure des pneumatiques. Trop faible ou trop forte, elle peut limiter drastiquement la durée de vie d’un pneu. Pensez donc à vérifier la pression aussi souvent que possible. Et pas uniquement la veille du départ annuel en vacances ! Une fois par mois est un minimum, en plus des vérifications exceptionnelles avant un long périple.

Quand faut-il s’inquiéter ?

En moyenne, la durée de vie d’un pneu est d’environ 30.000 km. Ce qui correspond à deux ou trois ans pour un conducteur belge moyen. Si l’on roule peu, on vérifiera régulièrement l’intégrité de ses pneus s’ils ont plus de 5 ans car ils peuvent alors devenir « secs » et présenter un risque supérieur de déchirure. Pour connaitre l’âge de vos pneus, vérifiez le code DOT situé sur leur flanc. Les deux premiers chiffres renseignent la semaine de production du pneu, tandis que les deux derniers indiquent l’année de production (exemple : DOT 2317 signifie que le pneu a été fabriqué la 23ème semaine de 2017).

A l’inverse, sur des modèles très lourds, puissants et/ou sportifs, l’usure peut être beaucoup plus rapide. La qualité d’une gomme n’est, en outre, pas l’autre. Méfiez-vous d’ailleurs généralement des pneus « trop bon marché » qui en plus de ne pas offrir une adhérence optimale peuvent être plus fragiles ou s’user plus vite. Si l’on souhaite conserver ses pneus le plus longtemps possible, il peut être intéressant de penser à les permuter d’un train à l’autre. Surtout pour les modèles aux roues avant motrices. Les pneus antérieurs servent alors tant à la traction qu’à la direction et s’usent plus rapidement que les roues arrière moins sollicitées. Les permuter tous les ans ou tous les 10.000 km, peut être bénéfique pour s’assurer d’une usure plus régulière.

Que dit la loi ?

La législation belge exige que la profondeur minimale des rainures soit de 1,6 mm pour que l’eau s’évacue de manière suffisante. En-dessous, le pneu est trop usé et représente un danger pour les utilisateurs. Comment savoir si les rainures de son pneu sont plus profondes que 1,6 mm ? Quand les témoins d’usure (soit les petites aspérités disposées aléatoirement au fond des sculptures du profil) apparaissent au même niveau que la bande de roulement, vous savez qu’il est grand temps de remplacer vos pneus tant pour votre sécurité que pour ne pas être en infraction avec la loi. Beaucoup de spécialistes préconisent néanmoins de remplacer ses pneus avant d’avoir atteint cette limite légale : 2 mm pour des pneus été et de 3,5 à 4 mm pour des pneus hiver.

Usure anormale ?

La limite d’usure de 1,6 mm s’applique pour une « usure normale » de ses pneumatiques. Mais veillez aussi à vérifier régulièrement si vos pneus ne présentent pas des signes d’une usure anormale. C’est primordial tant pour votre sécurité (c’est un indice manifeste d’une « défaillance ») mais aussi pour votre portefeuille. Un pneu qui s’use mal peut en effet être rapidement hors d’usage et imposer un remplacement anticipé. Vérifiez donc leur usure visuellement de manière routinière, au moment où vous vérifiez la pression de vos pneus par exemple. Pour ce faire, braquez les roues vers la gauche ou la droite et vérifiez si :

  • Vos pneus présentent une usure plus marquée au centre de la bande de roulement ? Alors vous roulez certainement avec des pneus surgonflés.
  • Vos pneus présentent une usure plus marquée sur les parties extérieures de la bande de roulement ? Alors vous roulez certainement avec des pneus sous-gonflés.
  • Vos pneus présentent une usure plus marquée sur un bord? Alors votre géométrie est certainement déréglée.
  • Vos pneus présentent des zones d’usures irrégulières par endroit? Cela est certainement dû à des amortisseurs usés ou à un style de conduite inadapté.
  • Vos pneus présentent des déchirures ou des déformations? Alors ils sont soit trop vieux, soit ils ont souffert suite à un choc (nid de poule, bordure…).

Conclusion

On ne le répétera jamais assez : prendre soin de ses pneus est primordial tant pour sa sécurité que pour éviter des dépenses inutiles. Pensez donc à vérifier souvent tant la pression que l’usure de vos pneus. Et en cas de doute, prenez directement rendez-vous chez votre garagiste ou votre marchand de pneu pour régler le problème sans traîner.