John Collins est un de ces hommes qui sont nés sous une bonne étoile. Dans les années 70, notre homme est photojournaliste et parcourt le monde pour faire des reportages prestigieux. Gagnant plutôt bien sa vie, ce britannique décide de s’offrir une Ferrari Dino neuve. Une décennie plus tard, il revend son véhicule à un professionnel et se rend compte que ce dernier a directement revendu la voiture, bien plus cher. C’est le déclic : Collins décide de se lancer également dans le commerce de Ferrari de collection et fonde Talacrest. Depuis 1986, son garage a vendu plus de 1750 modèles au cheval cabré, ce qui est un record inégalé pour des voitures qui dépassent allègrement le million d’euros !

La licorne

John Collins a possédé toutes les Ferrari. Le problème, lorsqu’on se retrouve dans sa situation, c’est qu’on ne peut rien convoiter ! La seule solution était de se faire construire un modèle unique, ce qui fut fait avec la SP3JC. Basée sur une F12tdf, ce cabriolet possède un panneau découvrable. Pour le reste, tout est bespoke, sur mesure. Si le prix de ce « jouet » unique n’a pas été communiqué, sachez qu’il s’élève certainement à plusieurs millions d’euros. Comme disent les britanniques, the sky is the limit !