ESSAI Audi A8: automobile 3.0

Avec l’accélération impressionnante de la technologie embarquée ces dernières années, l’Audi A8 semblait un peu à la traine face à ses concurrentes renouvelées, BMW Série 7 et surtout Mercedes Classe S. Les ingénieurs ont donc donné les moyens à leur nouveau porte-étendard de reprendre la tête de la course !

Passons rapidement sur le nouveau «langage stylistique» inspiré du concept prologue de 2014 (calandre élargie, bandeau lumineux arrière) qu’inaugure cette quatrième génération pour nous concentrer sur l’essentiel : l’habitacle. S’il reste très classique et classieux dans sa présentation, c’est par son avancement technologique que l’intérieur surprend, notamment avec sa console centrale incarnée par un double écran tactile. Le premier gère les habituelles fonctions du système multimédia, le second se charge du reste (climatisation, modes de conduite, etc.). Et, croyez-le ou non, tout cela fonctionne à merveille ! Audi a eu la bonne idée de les doter d'un retour haptique. En clair, une légère vibration se fait sentir au bout du doigt pour vous signaler que vous avez bien «poussé» sur le bouton désiré. L’écran inférieur fait aussi office de pavé tactile du dispositif MMI, désormais capable de «lire» un nom complet, permettant d'entrer la destination désirée en l'écrivant simplement du bout des doigts, sans avoir à l'épeler comme c'était le cas précédemment. De son côté, le GPS est capable «d'apprendre» de lui-même les trajets les plus couramment empruntés pour formuler des «suggestions intelligentes» si nécessaire.

Et le soin apporté aux détails atteint de nouveaux sommets ! Un exemple : les ouïes d’aération se commandent désormais par une bande tactile (elle-aussi) et un volet vient les recouvrir à l’arrêt ou lorsqu’elles sont inutilisées. Inutile dans l’absolu, mais l’impression de prestige est certaine !

Loft hi-tech 

Dans l’A8, et plus encore dans l’A8L longue de 5,30 mètres (13 de plus que l’A8 «normale»), la meilleure place se situe à l'arrière droit. Son occupant peut prendre les commandes du siège passager avant pour l’avancer au maximum et profiter d’une place exceptionnelle où il pourra étendre ses jambes. Le repose-pied dépliable au dos du siège avant pourra même lui prodiguer un massage de la voûte plantaire, très agréable après une journée passée debout ! Tout cela en regardant la télévision numérique ou en surfant sur Internet via l’écran situé face à lui.

A l'arrière aussi, le tactile s'est imposé, et la climatisation, comme les fonctions de massage, la lumière d'ambiance ou encore la position des stores pare-soleil se gèrent désormais via une tablette comparable à un smartphone intégrée à l'accoudoir central. 

Conduite autonome

La nouvelle Audi A8 est également la première voiture de série à embarquer un dispositif de conduite autonome de niveau 3. Cela signifie que l'auto est capable de se gérer toute seule dans les bouchons, sans qu'aucune intervention humaine soit nécessaire. Une fois l'Audi AI activé, le Traffic Jam Assist se charge d'accélérer, tourner le volant, freiner, s'arrêter et redémarrer de façon entièrement automatisée. Selon la législation en vigueur, le conducteur peut ainsi vaquer à d'autres occupations, sans se soucier de ce que fait la voiture. Si le système atteint ses limites ou si la circulation repart, ce dernier est invité à reprendre les commandes via un signal sonore. Pour l'heure, le système nécessite une séparation physique entre les deux sens de circulation pour fonctionner, et implique de circuler à moins de 60 km/h. L'Audi AI intègre aussi d’autres fonctionnalités comme le parking autonome piloté par smartphone.

En outre, la surveillance à 360° est capable d'éviter les petits accrochages lors des manœuvres étriquées en actionnant les freins ou en empêchant le conducteur de braquer trop court pour éviter d'érafler un obstacle qui se situerait dans son angle mort. Enfin, avec le dispositif Pre-Sense, les suspensions relèvent la caisse en quelques millisecondes pour offrir une meilleure protection aux occupants en cas de crash imminent. Tout cela s’avère bien pensé ! 

Moteurs

Trois motorisations seront proposées dans un premier temps : le 3.0 TDI de 286 chevaux et 600 Nm, le V6 3.0 TFSI de 340 chevaux et 550 Nm, et le V8 TFSI de 460 chevaux et 650 Nm. Celles-ci sont reprises sous les nouvelles appellations de la marque, parfaitement incompréhensibles : 50 TDI, 55 TFSI et 60 TFSI respectivement. Le diesel sera probablement celui qui retiendra le plus l'attention dans notre pays. Un moteur que l'on connait déjà sous bien d'autres capots, et qui se montre bien suffisant pour emmener le vaisseau amiral d'Audi, d'autant qu'il fait preuve d'une discrétion remarquable. Mais sur une A8, les clients les plus exigeants ne se contentent pas d'un «suffisant». Pour eux, le 60 TFSI est le plus indiqué ! Certes nettement plus gourmand, il apporte la noblesse requise à la grande berline par ses prestations routières et performances, et l'élégant feulement qu'il laisse entendre lorsqu'on insiste un peu plus sur la pédale de droite. L'A8 n'en devient évidemment pas sportive, d’autant que la boîte de vitesses automatique Tiptronic n’est pas la plus prompte à réagir lorsqu’on la malmène. Son dynamisme n’en reste pas moins louable en regard de ses proportions, d’autant que l’Allemande s’équipe pour la première fois de quatre roues directrices qui renforcent sa maniabilité sur route sinueuse comme en centre-ville. Mais son «truc» reste indubitablement le confort absolu, et cette génération n’a pas son pareil pour déconnecter les occupants de la route ! Merci au nouveau système de suspensions lui-aussi couplé à l'Audi AI, permettant de gérer chacune des roues de manière indépendante et de «prévoir» les dégradations et aspérités du revêtement pour adapter en temps réel l'amortissement.

Signalons enfin que ceux qui trouveraient le V8 encore trop roturier devront patienter quelques mois avant de signer le bon de commande du W12 de 6 litres et 585 chevaux, reconduit sur ce nouveau modèle, tout comme ceux qui voudraient un diesel plus puissant (4.0 TDI 435ch). Tous sont dotés du système électrique 48V apparu sur le Q7 qu’Audi nomme «Mild Hybrid», et une motorisation Plug-In Hybrid arrivera un peu plus tard.

Conclusion

Les ingénieurs d'Audi se sont lâchés ! Non contente de refaire son retard face à ses rivales, la nouvelle A8 porte à un nouveau stade l'avancement technologique automobile.

+

Contenu technologique impressionnant

Agilité remarquable (4 roues directrices)

Dynamisme global

Soin des détails

Espace à bord

-

Quelques lenteurs de boîte

Appellations incompréhensibles

Tout est en option, ou presque
 

Audi A8 50 TDI fiche technique

Moteur : V6 turbo diesel, 2.967cc; 286ch de 3.750 à 4.000 tr/min; 600Nm de 1.250 à 3.250 tr/min

Transmission : aux quatre roues

Boîte : automatique 8 rapports

L/l/h (mm) : 5.172/1.945/1.473

Poids à vide (kg) : 1.975

Volume du coffre (l) : 505

Réservoir (l) : 72

0 à 100 km/h (sec.) : 5,9

Prix : 87.500 € TVAC

Puissance : 258 ch

Vitesse maxi : 250 km/h

Cons. mixte : 5,6 l/100km

CO2 : 145 g/km