ESSAI Audi RS4 Avant: dis papa, pourquoi les autres n'avancent pas?

Comme à chaque passage de flambeau d'une génération d'A4 à l'autre, les amateurs de conduite sportive ont dû prendre leur mal en patience avant de profiter de la version survitaminée. Mais ça y est, la nouvelle RS4 est arrivée !

Uniquement proposée en carrosserie break «Avant», elle est déconseillée aux pères de famille trop rangés... comme aux trop fougueux ! Bâtie sur la même plateforme que sa consoeur la RS5, la nouvelle RS4 Avant en reprend également la motorisation. Elle troque donc le V8 4.2 FSI qui animait les deux précédentes moutures pour en revenir à un plus modeste V6. Un renoncement ? Pas vraiment.

Un retour aux sources plutôt puisque la RS2, première Audi à avoir porté le blason RS, faisait également appel à six cylindres. Et la modestie du nouveau venu se limite à la cylindrée, qui se contient à 2.894cc. Mais, magie de la double suralimentation, la puissance reste perchée à 450 chevaux comme précédemment. L'ajout d'un double turbo a aussi un effet bénéfique sur le couple, qui passe à 600 Nm, soit 170 de plus qu'auparavant, disponible dès 1.900 tr/min ! Le tout, admirablement transmis par une boîte de vitesses Tiptronic à huit rapports.



Presque joueuse Puissance, couple et disponibilité : vous l'aurez compris, cette RS4 ne demande qu'à s'exprimer. Pour contenir toute cette fougue, le break allemand reçoit la transmission intégrale permanente Quattro, qui peut être secondée d’un différentiel sport sur l’essieu arrière. Toujours d'une redoutable efficacité lorsqu'il s'agit de trouver son adhérence quelles que soient les conditions, cette RS4 nous a semblé moins sérieuse qu'escompté, dans le bon sens du terme. Contrairement à sa soeur RS5 qui érigeait l'efficacité en graal absolu, au détriment des sensations « brutes », cette RS4 se laisse gentiment pivoter sur elle-même quelques (milli)secondes avant de faire intervenir le garde-fou ESP. Une sensation qui était probablement due à la nature du revêtement, particulièrement poussiéreux, de nos routes d'essais d'Andalousie, car les ingénieurs d'Ingolstadt nous ont assuré que les réglages étaient sensiblement semblables entre le break et le coupé.

N'empêche, on a aimé !

Permis killer Cette RS4 n'en reste pas moins un monstre d'efficacité lorsqu'il s'agit de se rendre à toute vitesse d’un point A à un point B. Le moteur, bien aidé par son assistance respiratoire, semble ne jamais vouloir s'arrêter de pousser, envoyant le break à 100 km/h en 4,1 petites secondes (-0,6s par rapport à l'ancienne version) et à des vitesses largement inavouables a peine quelques secondes plus tard.



Pour info, la vitesse maximale est limitée à 280 km/h en faisant sauter la bride électronique. Vous l'aurez compris, cette RS4 n'est pas à mettre entre toutes les mains. Certes elle pardonnera sans broncher toutes les erreurs grâce à ses limites d'adhérence particulièrement éloignées et difficiles à atteindre ; et plus encore en optant pour les freins optionnels en carbone-céramique, d'un mordant impressionnant. Mais sans la maturité nécessaire, elle vous fera perdre votre permis (au mieux...) en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ! Mais pour qui saura dompter ses ardeurs, cette RS4 sera un très agréable break familial capable d'en remontrer à bien des sportives. Le tout dans une sonorité qui, bien qu'assistée « mécaniquement » sous les 3.500 tr/min, fait honneur aux gênes sportifs de l'auto.

Tuning

Terminons par quelques mots sur la présentation de l'auto, qui arbore à son tour les nouveaux traits d'Audi Sport, eux aussi inaugurés par la soeur RS5. Les épaules se font donc plus larges, les angles plus nets, mais la bestialité est toujours au rendez-vous, comme avec ce « Quattro » en toutes lettres qui orne le spoiler avant. On laissera chacun juger de la finesse de l'ensemble. Fidèle à la tradition Audi, l'habitacle est superbement réalisé. L'ambiance sportive est rehaussée par des sièges baquets habillés de cuir à croisillons surpiqués d'un très bel effet, et il est possible d'opter pour un volant à méplat en Alcantara. Cerise sur le gâteau : les aspects pratiques n'ont rien perdu de leur superbe, avec un coffre de 505 litres notamment.

Conclusion

Difficile de prendre cette RS4 en défaut. Nous l'avons même trouvée plus joueuse que sa soeur RS5, avec qui elle partage une efficacité sans faille. Attention cependant à doser le pied droit avec parcimonie, car le break peut vite se révéler une arme de destruction massive de permis de conduire !

+

Efficacité sans faille

Plus joueuse qu'une RS5

Ensemble moteur/boite

Qualité de fabrication

-

Look trop « marqué » ?

Tueuse de permis

Audi RS4 Avant 2018 : la fiche technique

Moteur : V6 bi-turbo essence ; 2.894cc ; 450ch de 5.700 à 6.700 tr/min; 600Nm de 1.900 à 5.000 tr/min.

Transmission : aux quatre roues.

Boîte : automatique 8 rapports.

L/l/h (mm) : 4.781/1.866/1.404

Poids à vide (kg) : 1.715

Volume du coffre (l) : 505

Réservoir (l) : 58

0 à 100 km/h (sec.) : 4,1

Prix : 84.700 € TVAC

Puissance : 450 ch

Vitesse maxi : 280 km/h

Cons. mixte : 8,8 l/100km

CO2 : 199 g/km