Voilà, on y est. D'ici quelques semaines, un premier constructeur établi viendra tenter de détourner de Tesla ceux qui recherchent une voiture à la fois 100% électrique et réellement performante. Et puisque sur le marché actuel c'est Jaguar qui produit les voitures les plus dynamiques des segments qu'elle occupe, ça tombe plutôt bien que vienne de là la première véritable réplique à la marque américaine !

C'est en marge du Salon de Genève que nous avons été invités pour une première et brève rencontre avec la toute première Jaguar électrique, la i-Pace. Ou plutôt le i-Pace, puisqu'on parle d'un SUV, ou du moins d'un crossover, le véhicule n'étant pas particulièrement haut sur pattes. Mais à défaut d'avoir la carrure d'un SUV, il en a certains aspects pratiques.

Pourquoi pas une compacte ?

Mais d'abord, attardons-nous un peu sur le design. Avec ses 4,68 mètres de long, l'i-Pace peut encore être classé dans les crossovers compacts et, finalement, n'affronte rien de chez Tesla qui soit disponible en Europe pour le moment.

Comme vous le constatez-vous-même, le Jaguar i-Pace a un sacré look, mélange des traits caractéristiques de la marque et d'un dessin directement induit par son appartenance au monde de l'électrique. La recherche aérodynamique par exemple est plus poussée, et l'empattement est particulièrement généreux : près de 3 mètres, puisque c'est entre les trains roulants que sont logées les batteries. Le premier effet de ce design est purement émotionnel. Les proportions mettent dans le mille et à la rédaction, nous pensons que ce look serait parfait, moyennant des modifications anecdotiques, si Jaguar avait l'idée de lancer une berline compacte, histoire d'embêter les Série 1, Classe A et A3 de ce monde.

Ensuite, ce design a des effets rationnels. Qui dit beaucoup d'espace entre les roues dit beaucoup d'espace à bord et en effet, le i-Pace peut accueillir quatre adultes dans des conditions optimales. A l'arrière, l'espace aux jambes est bluffant. Et si nous ne parlons pas de 5 adultes, c'est juste parce que la place centrale arrière est un peu moins confortable (dommage ce « tunnel de transmission » a priori inutile).

Ce n'est pas tout. Puisqu'il n'y a pas un gros bloc moteur à installer, et pas plus de réservoir, on peut optimiser l'organisation intérieure et ainsi obtenir un coffre de 656 litres ! Pas un seul SUV classique de mêmes dimensions ne peut rivaliser.

Comme Tesla

Pour enquiquiner Tesla, Jaguar ne se contente pas d'une mécanique électrique. Le constructeur américain a aussi marqué les esprits en proposant des mises à jour régulières de tous les softwares qui gèrent la voiture, de l'info-divertissement à la gestion de l'énergie, et cela automatiquement, sans contact physique, juste par réseau internet mobile. Eh bien ça non plus, ce n'est plus une exclusivité, puisque le Jaguar i-Pace profitera aussi de cette technologie. Au fil des progrès technologiques, le véhicule pourrait donc voir son autonomie augmenter, par exemple.

L'i-Pace sera aussi équipé d'Amazon Alexa, une sorte d'assistant personnel auquel on formule des demandes à voix haute, et qui fournit les réponses de la même manière. Un peu à la Siri, bien connu des utilisateurs Apple. Dans la voiture ou à distance, via Smartphone, le propriétaire d'un i-Pace pourra par exemple demander à Alexa si la voiture est bien verrouillée, quel est le niveau de la batterie, si l’autonomie restante suffira à se rendre au travail, etc. Bref, la réalité rejoint de plus en plus la (science-)fiction !

Mais à part ça, l'habitacle du Jaguar i-Pace n'a rien de particulièrement futuriste, et est même bien plus classique que celui d'une Tesla. La seule chose qui puisse encore en étonner certains est le second écran tactile, situé dans le bas de la console, sur lequel on visualise entre-autres les infos de climatisation. Ce second écran est déjà présent dans le Range Rover Velar et a récemment fait son apparition dans l'Audi A8. C'est donc relativement nouveau, mais pas vraiment futuriste.

Deux moteurs

Nous voici donc sur un terrain fermé pour quelques tours de roue avec le Jaguar i-Pace, dont voici le portrait technique.

L'i-Pace est équipé de 432 cellules de batterie lithium-ion, logées sous le plancher de l'habitacle. Ces batteries alimentent deux moteurs électriques, un pour chaque essieu, qui revendiquent ensemble la bagatelle de 400 chevaux et 600 Nm. Le véhicule est donc de facto un 4×4, mais il n'existe évidemment aucun lien physique entre les deux moteurs : c'est l'électronique qui gère la répartition de la force motrice en fonction des conditions d'adhérence ou du mode de conduite choisi. En conditions normales, cette répartition privilégie le train arrière, comme de juste sur une voiture aux prétentions sportives, et à fortiori sur une Jaguar.

Les ingénieurs nous expliquent que le système de navigation est capable d'évaluer la topographie de l’itinéraire qui vous amènera à la destination programmée, ainsi que les données des trajets précédents, tel le style de conduite par exemple, pour calculer l’autonomie et le niveau de recharge, ou encore pour gérer et optimiser l'utilisation d'énergie. Grâce à quoi Jaguar annonce une autonomie théorique de 480 km selon les nouvelles normes de consommation WLTP, plus réalistes que les NEDC utilisées actuellement. Une belle promesse, mais qu'il faut tout de même relativiser et qu'il faudra surtout vérifier à l'occasion d'un essai sur route. Il faudra 45 minutes pour récupérer 80% de charge sur une borne rapide, ou une dizaine d'heure sur un wallbox domestique.

Sportif !

Nous voici enfin à bord pour voir de quel bois se chauffe le Jaguar i-Pace. La première impression est à peu près la même que dans toute voiture électrique. Le couple étant intégralement disponible immédiatement, ça pousse dès qu'on enfonce l'accélérateur. Et quand le couple est de 600 Nm, ça pousse vraiment très fort. Deuxième constat : la synchronisation des moteurs est très au point car ces 600 Nm trouvent le chemin du bitume sans problème, sans cirage de roues. Enfin, bien que notre essai fut très bref, il nous a tout de même permis de négocier quelques virages de façon peu raisonnable. Posé sur ses roues de 22'' (!) et des suspensions pneumatiques pilotées (qui seront en option), le Jaguar i-Pace tient solidement le pavé, et on reconnait bien le savoir-faire de la marque en la matière. Et ajoutons que la position des batteries et des moteurs à hauteur des roues procure à la voiture un centre de gravité extrêmement bas et ça aussi, ça joue favorablement sur le comportement.

Conclusion

Le Jaguar i-Pace ne se contente pas d'être anti-Tesla. Il est surtout une véritable Jag. Nous avons hâte de voir si à 78.990€, on va le voir fleurir sur les routes aussi vite qu'ont fleurit les Tesla S. Nous, en tout cas, entre une marque américaine folklorique (et qui perd de l’argent depuis toujours) et cette belle anglaise, nous n’hésiterions pas une seule seconde !

 

Le Jaguar i-Pace en quelques chiffres

Moteur : 2 moteurs électriques, un par essieu ; 400ch ; 600Nm

Transmission : aux 4 roues.

Boîte : rapport unique épicyclique

L/l/h (mm) : 4.682/1.895/1.565

Poids à vide (kg) : 2.208

Volume du coffre (l) : 656 (+27 à l'avant)

Autonomie théorique (km) : 480

0 à 100 km/h (sec.) : 4,8

Prix : 78.990€ TVAC

Puissance : 400 ch

V-max : 200 km/h

CO2 : 0 g/km