Comme souvent, je commencerai cet essai par une confidence : avant de me rendre à Marrakech pour découvrir cette C5 Aircross, je ne m’étais pas trop renseigné sur le modèle. Pas eu le temps de passer le voir au dernier Salon de Paris, trop occupé ces derniers temps avec la reprise d’Autokrant (la version néerlandophone d’Auto Trends)… Bref, je m’attendais à découvrir un « vrai » haut de gamme, remplaçant (comme sur les chaînes de montage de l’usine de Rennes) une C5 ayant bien mérité de prendre sa retraite. Il faut dire que Citroën a sérieusement brouillé les cartes en l’appelant C5 Aircross au lieu de C4 Aircross, alors que ce nom aurait été bien plus logique. Car en réalité, cette nouveauté n’est rien d’autre qu’un SUV du segment C, comme sa cousine la Peugeot 3008 par exemple. Les deux françaises partagent d’ailleurs la même plate-forme. Enfin, pas tout à fait car la base a été transformée par Citroën pour pouvoir accueillir trois sièges individuels et escamotables à l’arrière, au lieu de la banquette de la 3008… et de la version chinoise de la C5 Aircross lancée en 2017.

Les géniteurs de la version européenne du modèle qui nous occupe aujourd’hui sont d’ailleurs particulièrement fiers d’avoir convaincu leur boss Carlos Tavares d’investir dans cette différence. Car leur but est notamment de convaincre les propriétaires de monospaces de craquer pour ce SUV. Et pour ce faire, il fallait proposer une modularité exemplaire. On verra cela plus loin…

Différente

S’il est un peu inévitable d’évoquer la 3008 quand on aborde le sujet C5 Aircross, le parallèle s’arrête à la catégorie et à la plate-forme. Car pour le reste, si le but du groupe PSA était de positionner les produits Peugeot et Citroën aux antipodes les uns des autres, c’est particulièrement réussi ! Tout, absolument tout, sépare la lionne de sa – du coup très lointaine – cousine aux chevrons. Style, conduite, confort, tarifs… Il y a beaucoup plus de différences entre une C5 Aircross et une 3008 qu’entre cette dernière et une VW Tiguan !

C5

Commençons par le look. Si la 3008 adopte des lignes taillées à la serpe, la Citroën, elle, est toute en courbes. Déjà rien que pour ça, il y a fort à parier que les acheteurs n’hésiteront pas entre les deux autos ! Mais il ne m’appartient pas de dire laquelle est la plus réussie : je vous laisse seuls juges !

Idem dans l’habitacle : la Citroën joue la carte de l’originalité, avec un meuble aux formes originales, osées, là où la Peugeot sombre presque dans le germanisme. Les sièges aussi sont plus accueillants dans la C5 Aircross, et se révèlent particulièrement confortables. C’est la première fois que j’utilise ce mot dans cet article, mais ce n’est pas la dernière, c’est certain !

interior

En revanche, si les sièges arrière sont plutôt agréables aussi avec leur dossier inclinable (un vrai plus pour les longs trajets), l’espace aux genoux est compté. Citroën est très fier d’offrir un coffre de 580 litres pouvant aller jusque 1.630 dm3 mais c’est clairement aux dépends des jambes des passagers arrière. Cela fait de la C5 Aircross la voiture idéale pour les familles comptant trois enfants n’ayant pas encore atteint l’adolescence, ou pour les familles au format plus italien que hollandais ! Même en reculant les sièges arrière au maximum (puisqu’ils sont coulissants), on n’obtient effectivement pas un résultat très impressionnant. Par contre, oui, j’ai bien évoqué trois enfants car cette Citroën soigne particulièrement le passager central, grâce au siège individuel bien sûr, mais aussi au fait que le plancher est quasiment plat. Suffisamment rare pour être souligné !

rear

Encore cette ergonomie…

Je l’écris depuis des années : si j’étais le boss de PSA, la première personne que je virerais est le responsable des systèmes d’info-divertissement (malheureusement à peu près identiques, eux, dans les différentes marques). C’était déjà grave avant la mode des écrans tactiles… c’est pire maintenant. Ou plutôt « c’était pire » car on note quand même le retour de quelques boutons par rapport aux modèles lancés il y a environ quatre ans. Comme quoi, nous avions visiblement raison en dénonçant l’ineptie totale de cette absence de boutons (Peugeot s’en vantait pourtant dans sa pub télé pour la 308). Cela va donc un peu mieux mais je reste par exemple abasourdi de voir qu’il faut entrer dans l’écran central pour pouvoir changer la température de l’habitacle. Vous verrez, à la prochaine génération, PSA aura compris et on pourra de nouveau actionner cette fonction de base sans devoir se concentrer pour viser juste (à trois reprises) sur l’écran. Du moins je l’espère car c’est une question de sécurité !

Aircross

Dommage car pour le reste, l’habitacle de cette C5 Aircross est vraiment agréable à vivre. Et au risque de déflorer un peu le prochain chapitre, avouons que l’utilisation de l’écran tactile est plus facile que sur une Peugeot… tout simplement parce que la Citroën absorbe bien mieux les bosses, ce qui rend moins compliqué un pointage précis avec l’index !

Un confort vraiment extra

C’est là, en plus du look, que la C5 Aircross marque le plus gros écart avec la 3008. Alors que cette dernière est une « bouffeuse » de virages et offre un feeling de la route limite agressif, c’est en effet tout le contraire pour la Citroën. Equipée des fameuses « butées hydrauliques progressives » déjà vues sur C4 Cactus, elle semble survoler la route. Le choix du Maroc pour ces premiers essais était donc judicieux car les routes de ce royaume sont encore pires que les nôtres. De quoi constater qu’en effet, ce système typiquement Citroën fonctionne à merveille et semble gommer les trous. A tel point qu’on ne ressent vraiment plus grand-chose dans la direction et dans les fesses, à aucun moment ! Amateurs de conduite dynamique, passez votre chemin ! Mais c’est un choix délibéré de Citroën et nul doute que sur un marché SUV (surtout du segment C) surchargé, une caractéristique aussi radicale peut faire la différence. Vous cherchez le SUV moyen le plus confortable du moment ? Ne cherchez plus : foncez chez Citroën ! Vous préférez un des plus dynamiques ? Allez plutôt voir chez Peugeot. Pas idiot, ces deux positionnements radicalement opposés ! Et si vous cherchez un compromis entre les deux, Opel fera sans doute l’affaire…

Citroën

A noter que les suspensions n’expliquent évidemment pas à elles seules le confort extraordinaire de cette auto. Les sièges, je l’ai déjà dit, sont particulièrement bien conçus, tandis que l’insonorisation ou encore les très nombreux espaces de rangement finiront de convaincre les plus sensibles à ces critères d’achat.

Tout de bon

Les deux motorisations les plus puissantes étaient disponibles pour ces essais : 1.6 essence 180ch et 2.0 HDi 180ch. Vous voulez que je vous dise franchement ce que j’en pense ? Ben, pas grand-chose en fait ! Ces mécaniques, associées d’office à la boîte auto 8 double embrayage, ont l’art de se faire oublier. Comprenez qu’elles ne suscitent aucune exaltation particulière mais que lorsqu’on veut dépasser un bus ou un camion, cela se fait tout naturellement, sans trop y penser. Preuve que ces mécaniques sont suffisantes, à défaut de soulever l’enthousiasme de l’utilisateur ! Certes, la boîte auto pourrait réagir un peu plus vite lorsqu’on passe de la conduite « cruising » à un style un peu plus dynamique mais si on veut se la jouer sport, il existe un mode pour cela (à activer via un bouton, si, si !), tout comme un mode Eco permettant de bénéficier de la « roue libre » en ville. Oui, Citroën a pensé à tout, y compris aux désormais incontournables technologies de maintien automatique dans la voie et autres freinage automatique d’urgence… dont on se fiche un peu chez nous !

A noter qu’il existe des motorisations moins puissantes, de 130 chevaux, aussi bien en essence qu’en diesel, et que ce sont évidemment celles-ci qui permettront à Citroën de proposer une C5 Aircross à seulement 24.100€ TVAC. Franchement impressionnant vu la qualité de cette auto, qui pourrait donc assez vite trouver une place intéressante sur le marché malgré son arrivée tardive. Là aussi d’ailleurs, la marque aux chevrons fait la différence face à Peugeot, dont les prix se situent dans le haut du panier des marques généralistes (aux côtés de VW), tandis que Citroën se bat avec Ford, les coréens et autres Skoda ou Seat. Avec cette C5 Aircross, le positionnement de cette marque qui fêtera ses 100 ans en 2019 devient donc très clair : il s’agit d’offrir de l’originalité bien calculée à des prix hyper-concurrentiels. Décidément, Citroën ne sera jamais une marque comme les autres… et c’est une excellente nouvelle !

Conclusion

Pour se différencier sur un marché C-SUV déjà presque saturé, Citroën joue quelques cartes originales qui pourraient bien lui réussir. En tout cas, si vous connaissez quelqu’un qui cherche le modèle le plus confortable de ce segment, n’hésitez pas à le ou la conseiller : c’est le C5 Aircross qu’il lui faut !

Le Citroën C5 Aircross 2.0 BlueHDI en quelques chiffres

Moteur : 4 cyl. turbo diesel ; 1.997cc ; 177ch à 3.750tr/min ; 400Nm à 2.000tr/min
Transmission : aux roues avant
Boîte : auto 8 rapports.
L/l/h (mm) : 4.500/2.099/1.650
Poids à vide (kg) : 1.615
Volume du coffre (l) : 580 – 720 (sous tablette)
Réservoir (l) : NC
0 à 100 km/h (sec.) : 8,6

Prix : 36.250 € TVAC
V-max : 211 km/h
Conso. mixte : 4,8 l/100km
CO2 : 126 g/km

Autres motorisations

1.2 PureTech : 130ch; 5,3l/100km; 188km/h; 24.150€ TVAC
1.6 PureTech : 181ch; 5,7l/100km; 216km/h; 30.950€ TVAC
1.5 BlueHDI : 130ch; 4,1l/100km; 188km/h; 29.350€ TVAC

  • Confort
  • Modularité
  • 5 vraies places
  • Grand coffre
  • Prix très attractifs
  • Conduite très peu dynamique
  • Espace aux genoux à l’arrière
  • Ergonomie toujours à améliorer
Note de la rédaction : (4/5)