Il manquait tout de même à ce rendez-vous intergénérationnel une invitée de marque. La première Suzuki Swift GTi, produite de 1987 à 1988 et baptisée Cultus dans son pays natal, n’a effectivement jamais été exportée du Japon vers l’Europe. Le constructeur s’est rattrapé avec sa deuxième génération de la Swift, qui a eu droit elle aussi à sa version GTi. A la fin des années 80, il s’agit déjà d’un sigle simple et efficace qui parle pour lui-même. Mais la Swift GTi produite entre 1989 et 1996 était loin de n’avoir de sportif que le nom…

Des philosophies communes

Animée par un moteur atmosphérique 1,3 litre de 101 chevaux, et ne pesant en tout que 800 kilos, la deuxième génération de la Swift GTi propose en vérité un meilleur rapport poids/puissance (7,92 kg/ch) que les deux qui ont suivi (8,84 kg/ch pour la troisième génération, 8,20 kg/ch pour la quatrième) ! Un ratio intéressant pour une voiture dont la valeur à sa sortie était de 11.675€.

Ces chiffres résument bien l’esprit entourant les Swift sportives depuis leurs débuts : poids léger, moteur petit mais costaud, tarif abordable… bref, tout ce qui fait l’essence d’une compacte sportive ! Sur ce point, la cinquième et dernière génération de la Swift dans sa version la plus extrême ne manque pas d’arguments. Malgré un prix un peu plus élevé que celui de ses devancières (23.974€ TVAC), la nouvelle Swift Sport tient le pari de maintenir son poids en-dessous de la tonne, et même assez largement puisqu’elle ne pèse que 975 kilos. Cette masse à 3 chiffres est peut-être le seul point commun partagé avec l’ancienne Swift GTi. Côté moteur, le 4 cylindres atmosphérique a été abandonné au profit d’un 4 cylindres turbo plus moderne, mais aussi plus puissant (140 chevaux).

Ce moteur 1.4 Boosterjet permet aussi de réduire les émissions de CO2 et la consommation de carburant (5,6l/100km en mixte). Par rapport aux anciennes générations, la nouvelle Swift Sport compense donc à l’utilisation ce qu’elle coûte en plus à l’achat !

Quid des sensations ?

Le ressenti sur la route a lui aussi bien évolué en 30 ans. La Swift GTi est plutôt amusante à conduire. Son rapport poids/puissance lui confère une direction agile et directe, mais attention tout de même aux pertes d’adhérence à l’avant lorsque l’on commence à prendre trop d’assurance avec l’accélérateur ! Elle n’est par contre pas de tout repos pour ses occupants, quel que soit le rythme adopté par le conducteur. La suspension accuse son âge et c’est bien l’habitacle qui absorbe le plus gros des chocs causés par les nids de poules et autres bosses.

Les versions plus récentes conservent elles le même dynamisme mais rendent la vie plus facile aux occupants. Mention spéciale aux deux dernières générations, qui sont passées sur des boîtes de vitesses à 6 rapports contre 5 auparavant. Elles offrent un avantage non négligeable, notamment pour les longs trajets sur autoroute, qui deviennent bien moins bruyants !

Sur le confort, le gros point fort de l’ultime version de la Swift Sport réside dans ses sièges baquets à l’avant, très confortables et suffisamment bien dessinés pour maintenir les occupants en place lorsque la conduite devient plus sportive.

C’est d’ailleurs cette dernière génération qui procure dans l’ensemble les meilleures sensations. Le moteur turbo offre un couple généreux à bas régime (230 Nm à 2.500 tr/min), de quoi proposer de bonnes reprises. Le rapport poids/puissance de 7 kg/ch, soit presque le même qu’une Polo GTi de 200 chevaux, se charge d’assurer une conduite dynamique et amusante. Agile dans les virages et facile à placer, elle bougera même volontiers son arrière-train, à condition de désactiver les nombreuses aides à la conduite. On regrettera peut-être la sonorité un peu en retrait, en raison de l’arrivée du turbo, là où les moteurs atmosphériques des autres générations étaient un peu plus généreux en la matière.

Des lignes dans l’air du temps

Côté design, beaucoup de chemin a été parcouru également. La Swift GTi de deuxième génération, avec ses lignes anguleuses, ses jantes à rayons, ses pare-chocs élargis et sa double sortie d’échappement s’inscrit parfaitement dans le style des années 90. Le véhicule a d’ailleurs souvent fait le bonheur des amateurs de tuning en tout genre !

La première Swift Sport de 2007 s’est elle aussi inscrite dans son époque. Elle a su admirablement se démarquer des versions plus sages de par ses boucliers élargis et son incontournable béquet au-dessus de la lunette arrière. Le modèle a intégré une variante 5 portes à sa gamme à partir de 2014, pour finalement devenir avec la dernière génération la version unique proposée à la vente. La Swift Sport 2018 semblerait presque revenir aux sources avec ses lignes plus anguleuses et son look plus agressif. Jantes bicolores de 17 pouces, imitations carbone… le résultat est agréable à l’oeil.

A l’intérieur, des inserts de couleur servent aussi à souligner l’aspect sportif du véhicule, et mettent en valeur un équipement généreux, au contraire des matériaux, de qualité un peu décevante… On s’y sent tout de même à l’aise, surtout après être monté dans la Swift GTi, dépourvue de verrouillage centralisé ou même de rétroviseurs à commande électrique… et équipée d’un lecteur cassettes !