Comment s’assurer de réussir son coup dans un secteur où la concurrence est plus rude que jamais ? Hyundai a misé sur un design plus moderne et agressif, mais aussi sur les technologies embarquées, plus nombreuses et à la pointe que jamais. De quoi rendre son SUV fétiche (400.000 unités vendues en Europe) plus premium.

Des lignes actuelles

Assez logiquement, la refonte visuelle de cette quatrième génération du Santa Fe est la première nouveauté qui saute à nos yeux, et ce pour leur plus grand plaisir. Dessiné en Europe, le SUV reprend les codes qui ont fait le succès des derniers modèles de la marque et notamment ceux du Kona, avec cette fameuse calandre en cascade et ces blocs optiques scindés en deux. Ces ajouts lui confèrent une véritable identité. Fluide, musclé, le Santa Fe a d’autant plus de prestance qu’il s’allonge de 7 centimètres, conférant aussi plus de place aux passagers.

Sante Fe dash

Intérieur premium

En effet, l’espace pour les jambes des passagers arrière a par exemple augmenté de 38 millimètres. Mais qu’en est-il du chargement ? Le coffre du Santa Fe affiche désormais une capacité de 625 litres (contre 582 pour l’ancien modèle). Ces gains de place s’accompagnent aussi d’une meilleure visibilité et d’un meilleur confort. Vitres élargies, insonorisation réussie, affichage tête haute (en option), matériaux de qualité… L’ensemble est convaincant et procure une véritable sensation de bien-être. Pas de doute non plus sur le fait qu’il s’agisse d’un SUV, avec cette position de conduite haute et ce tableau de bord à l’horizontal sur lequel trône désormais un très classique écran tactile de 7 pouces en série (8 en option). Cette même console vous donnera bien évidemment accès aux systèmes Android Auto et Apple CarPlay, mais les possibilités en termes de connectivité ne s’arrêtent pas là. Il est possible d’acquérir en option un plateau de recharge sans fil pour téléphone ou encore un accès aux services de télématique BlueLink.

Pionnier sur la sécurité ?

La technologie embarquée dans ce nouveau Santa Fe est loin, très loin de se limiter à la connectivité. Hyundai a ainsi mis au point une large liste de dispositifs destinés à améliorer la sécurité du conducteur, de ses passagers mais aussi des autres usagers de la voie publique. La plus grande nouveauté, qui est d’ailleurs une première dans l’industrie, est baptisée « Safety Exit Assist ». Lorsque le véhicule est en stationnement, ce système peut détecter une approche par l’arrière d’un véhicule ou d’un cycliste et prendre la décision de verrouiller temporairement les portières du côté dangereux, afin d’empêcher les occupants de sortir du véhicule tant qu’il n’est pas « safe » de le faire. Autre nouveauté non négligeable : le « Rear Seat Occupant Alert », qui peut détecter les mouvements à bord du véhicule après que le conducteur ait quitté l’habitacle. Le dispositif prévient ainsi d’un potentiel enfant ou animal oublié en faisant retentir le klaxon et clignoter les phares, et peut aussi se charger d’envoyer une alerte sur notre téléphone. Ces systèmes sont complétés par bien d’autres, plus conventionnels, parmi lesquels le freinage d’urgence automatique, l’alerte de somnolence du conducteur ou encore l’aide au maintien dans la voie. De quoi profiter plus sereinement du Santa Fe sur la route.

Santa Fe seats

Réactif et généreux

Pour se faire un avis sur les sensations volant en main, Hyundai nous a confié un Santa Fe doté de la plus puissante des motorisations disponibles : un 2,2 litres diesel de 200 chevaux, proposant un couple de 440 Nm et ce dès 1.750 tours/minute. Ce dernier offre de bonnes reprises, et la boîte automatique à 8 rapports qui l’anime se montre très rapide et précise, sans pour autant brusquer les occupants. La direction est souple, tout comme la suspension dont la géométrie a été revisitée, mais qui est peut-être pour le coup un peu trop souple. Le terrain de jeu favori du Santa Fe se trouve ainsi davantage sur les longues lignes droites que sur les routes sinueuses. Hyundai a également mis à niveau sa technologie de traction intégrale polyvalente HTRAC, permettant de transmettre la puissance au train avant ou aux quatre roues selon les besoins du conducteur. Son efficacité reste à prouver compte tenu de la courte durée de l’essai, mais le « Smart Mode » permettrait d’ajuster la répartition de la puissance en temps réel, selon le type de conduite adopté ou les conditions d’adhérence.

Diesel ou rien ?

Sous bien des aspects, le Hyundai Santa Fe s’inscrit parfaitement dans l’ère du temps. On peut tout de même émettre quelques réserves quant aux motorisations proposées. Pour l’heure, il n’est en effet disponible qu’en diesel. Le 2,2 litres CRDi 200ch sur lequel nous nous sommes fait la main sera complété par un quatre cylindres 2 litres produisant au choix 150 ou 185 chevaux. Aucune date n’a été annoncée pour le moment mais une version hybride ainsi qu’une hybride rechargeable devraient voir le jour par la suite.

Conclusion

Le nouveau Hyundai Santa Fe est avant tout un régal pour les yeux et continuera d’être la figure de proue du segment SUV pour la marque coréenne. Mieux encore, il réussit à faire perdurer cette première bonne impression de par ses technologies embarquées, sa qualité de finition et les sensations qu’il procure sur la route. On regrette tout de même le manque l’absence de motorisation essence ou hybride.

Santa Fe rear

Le Santa Fe 2.2 CRDi en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres, diesel, turbo, 2199cc ; 200ch à 3.000tr/min ; 440Nm de 1.750 à 2.750tr/min

Transmission : intégrale

Boîte : automatique 8 rapports

0 à 100 km/h (sec.) : 9.0

Vitesse maxi (km/h) : 205

L/l/h (mm) : 4.770/1.890/1.680

Volume du coffre (l) : 625

Prix : NC

Puissance : 200 ch

Vitesse maxi : 205 km/h

Conso. mixte : 7 l/100km

CO2 : 165 g/km

  • Niveau de finition remarquable
  • Design agressif et moderne
  • Insonorisation
  • Motorisations diesels uniquement
  • Suspension un peu trop souple
Note de la rédaction : (3,5/5)