Si le succès des Jaguar K120, C-Type et D-Type en circuit, et principalement aux 24 Heures du Mans (5 victoires), fait désormais partie de l’histoire de l’Automobile, la présence du constructeur anglais en rallye est bien moins connue. Et pourtant, une Jaguar XK120 s’est bel et bien imposée au début des années 50 au Rallye des Tulipes, au Rallye des Alpes et … au RAC Rally (1951 et 1953) ! D’où l’idée de commémorer ce côté délaissé de l’histoire sportive du félin anglais en transformant la F-Type convertible en voiture de rallye…

Jaguar F Type

Pas de compétition

Autant le dire tout de suite, vous ne verrez jamais cette Jaguar F-Type « rallycar » en compétition. Ce n’est pas du tout le but des responsables de ce projet. Et quand j’ai souligné l’existence d’une catégorie GT en rallye, où roulent des Porsche, mais aussi des Aston Martin, ils ne semblaient même pas au courant ! En fait, seuls deux exemplaires ont été assemblés et ils ne seront utilisés que dans des événements promotionnels de la marque. Mais peu importe, l’exercice est intéressant d’autant que nous avons pu essayer la voiture sur un court « gymkhana » empruntant des chemins bien boueux !

Jag

La base de la voiture est donc la F-Type « convertible », équipée du moteur Ingenium 4 cylindres turbo. Moteur (300ch) et boîte auto 8 rapports sont inchangés, excepté un rapport final de pont un peu plus court et un différentiel arrière renforcé. Les suspensions sont toujours basées sur une double triangulation mais Jaguar a choisi des ressorts Eibach et des amortisseurs XTC réglables trois voies pour suspendre le châssis aluminium. Tant qu’à délirer joyeusement, Jaguar a délibérément opté pour une version « terre » avec des roues de 16 pouces et donc des freins adaptés. Le plus gros travail a finalement porté sur l’implantation d’un arceau homologué FIA, qui s’intègre à la coque aluminium. Pour le reste, sièges baquets, harnais, extincteur automatique, frein-à-main hydraulique, rampe de phares au xénon complètent la panoplie de la parfaite voiture de rallye…

Surprenante !

Drôle de sensation que de se retrouver au volant – à droite – d’une voiture de rallye, cabriolet, avec boîte automatique… Je comprends que Jaguar ne veuille prendre aucun risque avec ses deux exemplaires, mais le parcours proposé n’était guère valorisant pour la voiture : étroit, boueux et très lent… de quoi mettre en évidence le poids élevé de la voiture (plus de 1.500 kg), la boîte auto peu adaptée à un pilotage rallye ou encore la prédominance du freinage sur l’avant, sans possibilité de réglage. Cela dit, avec 300 chevaux et des pneus Maxx Sport bien adaptés, la F-Type Rallycar ne s’en sort pas si mal, avec un arrière gentiment baladeur et une motricité encore suffisante. Le plus déstabilisant est de se retrouver dans un cabriolet GT « classieux », à se faire asperger de boue dans les ornières profondes… en plein contrebraquage sur le 2e rapport. Le frein à main hydraulique est pratique mais sans pédale d’embrayage, il ne peut servir qu’à partir d’une certaine vitesse…

F Type Rallycar

Expérience unique et déroutante donc que de piloter cette Jaguar F-Type « Rallycar », qui va certainement interpeller les inconditionnels de la marque et soulever pas mal de questions !