1. Monteverdi Safari

Saviez-vous que la Suisse a compté un constructeur automobile ? Installée près de Bâle, Monteverdi était une petite marque de voitures de luxe, souvent dérivées de modèles de plus grande série. Le Safari ne dérogeait pas à la règle puisqu’il était construit sur la base du tout-terrain International Harvester Scout. Motorisé par un V8 d’origine Chrysler, le Safari jouait sur les terres du Range Rover au niveau de ses performances et de sa présentation intérieure soignée. Les chiffres de production ne sont pas vraiment connus. On parle de quelques centaines à 3.000 exemplaires fabriqués.

Dominator

2. Bentley Dominator

En 1996, Bentley était loin d’avoir le même succès qu’actuellement. Quand le Sultan de Brunei, client extrêmement important pour la marque, demande un tout-terrain, on fait en sorte de concrétiser ses désirs ! Facturés, paraît-il, 20 millions de livres les 6 exemplaires commandés, les véhicules sont développés sur la base du Range Rover P38. Equipés du V8 « maison », les Dominator sont pour finir particulièrement hideux et demeurent encore aujourd’hui dans l’immense collection de « jouets » du Sultan. On est encore à des années-lumière du succès du Bentayga !

Rayton

3. Rayton Fissore Magnum

Fondée en 1976, la firme Rayton Fissore est l’œuvre d’un entrepreneur italien, fils du carrossier Fissore qui a connu le succès dans les années 50 et 60. En 1984, la société lance le Magnum, sorte de SUV avant l’heure. Basé sur un châssis d’utilitaire Iveco Daily, ce gros break haut sur pattes a été motorisé durant les 18 ans de sa carrière par des blocs Alfa Romeo, BMW et même VM diesel. Produit à tout de même 6.000 exemplaires, il proposait beaucoup d’équipements luxueux qui ont gommé les défauts de sa triste ligne. Notez qu’il a également connu un certain succès aux USA, avec un V8 cette fois, sous la dénomination « Laforza ».

9-7 X

4. Saab 9-7X

Jamais importé officiellement en Europe, le Saab 9-7X n’était en réalité qu’un Chevrolet Trail Blazer rebadgé et construit dans l’Ohio. Même si le look était assez réussi, les fidèles clients de la marque au griffon ne se sont pas laissés avoir par cet ersatz de Saab motorisé par un 6 cylindres de 4.2 litres et deux V8 de respectivement 5.3 et 6 litres de cylindrée. Finalement, seuls 20.417 exemplaires sont sortis des chaînes de production. Certains véhicules ont été également importés en Europe, sans grand succès évidemment !

D12

5. Spyker D12 Peking-to-Paris

Délire mégalo de l’entrepreneur néerlandais Victor Muller, le Spyker D12 n’a jamais vu le jour dans sa version « de série ». Inspiré par le relatif succès de sa petite marque au début des années 2000, notre homme imagine ce super SUV motorisé par W12 d’origine Volkswagen. Présenté à Genève et New-York en 2006, le D12 connait un certain succès avec une petite centaine de commandes enregistrées. Pourtant, la petite société connait à ce moment-là des difficultés pour livrer d’autres véhicules et la production est repoussée. Très occupé à racheter Saab et à monter un team de F1, Muller met le projet de côté et annonce à plusieurs reprises la commercialisation de la D12. À l’heure actuelle, on attend toujours !