Légalement, la seule assurance obligatoire est ce qu’on appelle communément la RC auto (RC pour « Responsabilité Civile »). Peu importe le type de véhicule, le nombre de kilomètres parcourus annuellement ou encore votre situation personnelle, la RC doit, dans tous les cas, être souscrite. La raison est simple : cette assurance couvre votre responsabilité en tant que conducteur ainsi que les personnes auxquelles vous prêtez votre véhicule.

Autre police à souscrire : l’assurance conducteur, souvent zappée lors de l’établissement d’un nouveau contrat. Celle-ci est pourtant très importante puisque ni la RC auto, ni l’omnium ne couvrent le conducteur. Il est donc important d’opter pour cette police spécifique afin que le conducteur soit protégé en cas d’accident en tort. Celle-ci est clairement à prendre en considération, les frais médicaux ou matériels consécutifs à un accident pouvant rapidement atteindre des sommets vertigineux !

Une mini omnium comme base

Avant de souscrire à une quelconque formule omnium, un petit calcul s’impose : la valeur du véhicule à assurer est-elle inférieure ou supérieure à la prime d’assurance qui est appelée à le couvrir ? Si votre voiture est bonne pour la casse ou que vous comptez la vendre au plus vite, cela n’a aucun sens d’opter pour une omnium ou une mini omnium. Dans ce cas de figure, la RC auto assortie d’une assurance conducteur suffisent.

Par contre, si votre véhicule est encore en bon état et détient une certaine valeur, les formules omnium sont clairement à envisager. En effet, on n’est jamais à l’abri d’une pluie de grêlons, d’un bris de vitre lors d’un vol ou encore d’un incendie dans le compartiment moteur. Une mini omnium est vivement recommandée pour les voitures qui accusent plus de 5 années, celle-ci couvrant généralement ce type de dégâts : les vols et tentatives de vol, les incendies, les collisions avec un animal et tout dommage occasionné par les forces naturelles.

L’omnium intermédiaire pour la tranquillité d’esprit

Ce type de police porte bien son nom. Sans devoir passer lourdement à la caisse avec une omnium complète, la formule intermédiaire vous couvre néanmoins contre la perte totale. Après un accident pour lequel vous êtes déclaré en tort, on vous apprend que votre véhicule est bon pour la casse. Sans couverture intermédiaire, vous perdez non seulement le véhicule tout comme sa valeur au moment de l’accident, mais vous êtes également contraint de continuer à le rembourser si vous l’avez acquis à crédit.

Pour prévenir ce type d’écueil, bon nombre d’assureurs proposent donc une formule située entre la mini omnium et la full omnium, et qui couvre le vol (ainsi que les dommages causés par une tentative de vol), l’incendie, les forces de la nature, les bris de vitres, les collisions avec un animal et, comme expliqué ci-dessus, la perte totale.

Si ce type de formule n’est pas recommandé pour les véhicules ayant plus de 5 ans, il l’est par contre pour ceux qui ont plus de 3 ans et dont l’état est impeccable. Avant de souscrire à une omnium intermédiaire, il peut être intéressant de calculer la valeur réelle de la voiture afin de s’assurer que celle-ci dépasse bel et bien le montant de la prime d’assurance.

La Rolls des assurances : l’omnium complète

Votre véhicule est neuf ou a moins de 3 ans ? La « full omnium » s’impose alors. De quoi vous prémunir contre tous les types d’accidents alors que vous venez d’investir dans la voiture de vos rêves. C’est là, la seule formule d’assurance qui vous couvre totalement contre tous les dégâts matériels survenus après un acte de vandalisme, un accident et même un délit de fuite ! S’ajoutent à cela tous les dommages couverts par une couverture conventionnelle, tels que repris ci-dessus, en ce compris la perte totale du véhicule à l’occasion d’un accident pour lequel vous êtes reconnu en tort.

À noter aussi qu’au fil des années qui passent, votre assureur réévaluera votre prime à la baisse afin de s’adapter à la valeur dégressive de votre véhicule, ce dernier prenant inévitablement de l’âge.

Conclusion

Vous venez de le lire, il n’y a rien de vraiment bien compliqué dans le petit monde de l’assurance automobile. Tout bon père de famille optera, au minium pour une RC auto, idéalement assortie d’une assurance spécifique au conducteur. Ensuite, en fonction de la valeur du véhicule, il convient de voir si une formule omnium peut être intéressante, particulièrement pour un véhicule récent. Votre courtier en assurances est bien entendu là pour vous aiguiller afin de prendre la meilleure décision.