Le règlement change

Suite à la confusion engendrée par le changement de pneus au MotoGP en Argentine, Dorna, FIM et IRTA ont peaufiné le règlement. Selon le moment et les conditions climatiques, le pilote désireux de modifier la monte de ses pneumatiques sera pénalisé soit par un départ de la pit-lane, soit par un ride through en cours d’épreuve, soit les deux. Comme toute nouvelle contrainte, rien n’est simple, mais on ne devrait plus connaitre semblable situation à celle rencontrée ce 8 avril dernier.


Histoire d’argent

Tout s’achète mais plus à n’importe quel prix. Si plusieurs contrats viennent encore d’être signés entre pilotes et teams, la raison semble avoir gagné certaines équipes qui ne veulent plus investir des sommes folles dans leurs pilotes. Dovizioso n’a pas divulgué le montant de son nouveau contrat avec Ducati, mais on est certain qu’il est en deçà de celui signé avec Lorenzo en 2017 (20 millions pour 2 ans). En règle générale, il faut tabler entre 1 et 5 millions d’euros par an avec des bonus en cas de résultat. Ce qui reste bien en dessous de ce que reçoivent les footballeurs, les pilotes de F1, les joueurs de golf ou de tennis qui ne jouent en aucun cas leur vie tous les 15 jours ! Et ce alors que le MotoGP est devenu une des disciplines sportives les plus regardée dans le monde.


VDS avec Yamaha ou Suzuki ?

L’équipe d’Eupen aimerait bien savoir avec qui jouer l’année prochaine. Yamaha, oui mais uniquement pour deux ans (merci Rossi) ou Suzuki qui voudrait bien monter une équipe satellite. On devrait être fixé rapidement sur le partenariat et le nom du pilote qui roulera avec Franco Morbidelli.