Pour leur démonstration, les étudiants et leur professeur de l’université Ben Gurion ont utilisé un système de reconnaissance de la signalisation MobilEye et un simple drone muni d’un projecteur. Celui-ci projetait sur un mur l’image d’un panneau de limitation de vitesse à 90 km/h, alors que la vitesse réelle de la zone est de 30 km/h.

Et comme prévu, le MobilEye monté dans la voiture n’a pas été capable de détecter la supercherie, et a donc relevé la limite de vitesse du véhicule à 90 km/h. Heureusement, pour ce test, le dispositif n’était pas réellement couplé au véhicule, et le conducteur a maintenu la vitesse règlementaire. Cela n’en démontre pas moins (s’il le fallait) l’aberration du projet de loi européenne qui viserait à imposer un limiteur de vitesse adaptatif à la limitation en vigueur à tous les véhicules.