Selon Wikipédia : «[Le Sultan] possède plus de 5 000 voitures de luxe dont 531 Mercedes-Benz, 367 Ferrari, 362 Bentley, 185 BMW, 177 Jaguar, 160 Porsche, 135 Toyota, 130 Rolls-Royce (il fût un temps propriétaire de la moitié de la production totale de la marque), 79 Aston Martin, 62 Lexus, 42 Land Rover, 32 Jeep, 20 Lamborghini, 9 McLaren F1, 4 Bugatti EB110, 2 Renault 5 Turbo 2, 2 taxis londoniens, une centaine de motos, une cinquantaine de voitures de golf ». Cela vous donne une idée de l’ampleur et de la diversité de son garage.

Buccaneer

Bentley Buccaneer

Le Sultan est un fervent admirateur de la marque Bentley. En plus du SUV Dominator dont nous avons déjà parlé, l’homme s’est également fait construire de nombreux autres modèles pour son plaisir personnel. Parmi eux, la Bentley Buccaneer, construite au milieu des années 90. Etrange mariage de style moderne et rétro, cette voiture confirme le goût certain pour le kitsch du chef d’état, qui en commanda huit exemplaires.

Venice

Ferrari 456 Venice

La Ferrari Venice (dont nous avons déjà parlé ici) est sans doute le plus bel exemple de caprice de milliardaire. Alors que Ferrari s’était toujours refusée à fabriquer des voitures à quatre portes, la marque donna son accord à Pininfarina pour accéder à la demande d’Hassanal Bolkiah de lui produire des dérivés spécifiques de 456 GT. L’homme signa donc quatre bons de commande pour des berlines, mais aussi deux pour des cabriolets et surtout sept pour des… breaks ! Donc oui, il existe bel et bien des breaks Ferrari « officiels » !

Java

Bentley Java

Dévoilée sous forme de concept en 1994, la Bentley Java a semble-t-il fait beaucoup d’effet au Sultan de Brunei. Ni une ni deux, l’homme décide de s’en faire construire… 18 exemplaires ! Ainsi furent produits six coupés, six cabriolets et six breaks sur base de châssis de BMW Série 5, et de motorisations fournies par Cosworth.

Ghia

Aston Martin Lagonda Vignale by Ghia

La tentative de relancer la marque Lagonda en 1993 aura fait long feu. Il faut dire que le concept présenté par Ghia (et dessiné par Murray Callum, frère de Ian, père de l’Aston DB7) n’avait pas grand-chose de commun avec l’élégance qu’implique le statut de la marque anglaise. Avec son allure gonflée, ses courbes marquées et sa malle plongeante, cette Vignale by Ghia affichait un profil des plus baroques. De quoi parfaitement coller aux goûts du Sultan, qui décide de s’offrir l’un des trois exemplaires du concept, basés sur l’ancestrale Lincoln Town Car.

XJS

« Jaguar » XJS Monaco

Certes la Jaguar XJS Monaco n’a pas été construite à la demande du Sultan, mais elle n’en reste pas moins une véritable rareté. Seule une dizaine d’exemplaires ont été fabriqués entre 1991 et 1995 par l’entreprise de Paul Baron Bailey, un artisan qui bidouillait déjà plusieurs modèles de constructeurs anglais. Et devinez qui en possède deux (un coupé et un cabriolet naturellement) dans son garage ?