La période entourant le Salon représente généralement entre 20 et 25% du chiffre d’affaires annuel de nombreuses marques en Belgique ! Nombreux seront donc les visiteurs du Heysel ou des concessions automobiles à se demander s’il faut opter pour le diesel ou l’éviter avant de signer le bon de commande.

Il est vrai que les arguments contre ce carburant se multiplient : son prix augmente à la pompe ; de plus en plus de villes, de régions ou de pays veulent l’exclure ; son image a souffert du « dieselgate » ; des constructeurs automobiles songent à l’abandonner. Surtout, il est considéré (parfois à tort) comme plus polluant que l’essence.

Gros rouleurs

Pourtant, il faut rappeler qu’à puissance et cylindrée équivalente, un moteur diesel rejette moins de CO2 qu’un moteur à essence. Un moteur diesel consomme également moins qu’un moteur essence équivalent. Ce carburant pourrait donc encore être privilégié par les gros rouleurs mais le seuil de rentabilité dépasse maintenant les 35.000 km annuels.

Plus de couple

Le diesel se distingue aussi de l’essence par un couple généralement plus important que l’essence à cylindrée équivalente. Il intéressera donc encore les personnes qui apprécient avoir de bonnes reprises, celles qui envisagent l’achat d’un gros SUV, d’un 4×4 ou d’un utilitaire, ou encore celles qui ont besoin de tirer de lourdes remorques ou caravanes.