Commençons tout d’abord par l’habitacle, avec de grands écrans et très peu de boutons. On devrait d’ailleurs voir apparaître les écrans les plus imposants dans la catégorie, un critère dont peut également se vanter le Touareg, par exemple. On imagine que VW a bien travaillé sur la commande vocale, pour se mettre au niveau de certaines marques premium. D’ailleurs, les communicants de la marque affirment qu’ils vont amener, sur le segment de la Golf, des technologies et assistances à la conduite dignes des niveaux supérieurs. On parle carrément d’éléments de communication car-to-car et car-to-X, synonymes de conduite autonome de niveau 3, voire même 4 !

Hybridation pour moteurs à essence

Bien sûr, un travail conséquent a été réalisé sur les motorisations pour réduire encore et encore l’empreinte CO2 (entre autres). Les moteurs à essence 1.0 et 1.5 accueilleront des systèmes 48V avec alterno-démarreur, ce qui les transformera en propulsion « mild-hybrid » (hybride légère). La version GTE gagnera encore en puissance pour être au niveau de la Golf GTI (245ch environ). Si les rumeurs se confirment, le diesel ne devrait pas disparaître. En revanche, avec l’arrivée de l’ID.3, il est quasiment certain de ne pas revoir la e-Golf. Si on en parle peu, on espère également une solution CNG (gaz naturel comprimé).

Des versions à 5 portes et le break Variant, sans oublier la GTI (annoncée pour fin 2020) et la R (2021), en plus d’une éventuelle version « R Plus » (concurrente des A45 AMG et RS3), sont au programme.

La Golf de 8e génération sera dévoilée le 24 octobre.