En France, le cannabis et la cocaïne sont pointés du doigt. Pour un public non informé, la cocaïne permet de tenir la distance et le cannabis s’apparente souvent à une drogue douce aux effets limités. Il n’en est rien! Les autorités publiques d’outre-Quiévrain ont donc décidé de prendre des mesures fortes.

Concrètement, Jean-Robert Lopez, le délégué interministériel à la sécurité routière, vient d’annoncer que des tests salivaires de détection de drogue vont bientôt être expérimentés sur les conducteurs automobiles. Il s'agira d'un deuxième test salivaire qui évitera de solliciter le milieu hospitalier pour une analyse sanguine. Ce sont donc les forces de l'ordre qui réaliseront un deuxième prélèvement salivaire au moyen d'un petit bâtonnet.

D’après Jean-Robert Lopez, ce prélèvement permettra à coup sûr de pratiquer davantage de dépistages sur le bord de la route. Cela dit, le délégué interministériel à la sécurité routière reconnaît qu'il faudra encore passer par la case laboratoire pour confirmer la prise d'une substance illicite. Néanmoins, avec pareille mesure, les autorités sont persuadées d’économiser du temps et de l’argent. Mais, cette mesure permettra surtout de limiter le nombre d’accidents. Pour rappel, aujourd’hui en France, la consommation de stupéfiants est à l’origine de 4 % des accidents. C’est loin d’être négligeable !

Et vous, que pensez-vous de la mise en place d’une telle mesure ?