Cette étude montre aussi que seulement un tiers des Européens accueillent volontiers les véhicules autonomes. Il est intéressant de constater que cette valeur n'est pas vraiment plus élevée pour les jeunes conducteurs: 33% pour les 18/24 ans, 36% pour les 25/34 ans et 34% pour les 35/44 ans.

L'étude met également en avant un lien émotionnel fort entre les conducteurs et leurs voitures. Ils sont ainsi 36% à considérer la voiture comme une extension de leur personnalité, et 69% des conducteurs espèrent encore pouvoir reprendre la main dans les prochains véhicules autonomes. Un tiers des conducteurs estime aussi qu'il y a un danger à oublier le plaisir de conduire.