Selon Libération, le document met en évidence des écarts importants entre les performances de certains moteurs Renault au moment de leur homologation en laboratoire et leur utilisation en conditions réelles. En particulier les Captur et Clio qui dépasseraient le seuil réglementaire d'émission de CO2 de respectivement 377% et 305%.

Renault a réaffirmé par communiqué qu'il n'y avait pas de tricherie dans le fonctionnement des moteurs et a qualifié l'article de “déséquilibré”. Le constructeur français ne souhaite pas commenter l'instruction en cours et réserve ses explications aux magistrats.

Affaire à suivre.