Jody Mosely, porte-parole de l’aéroport, a tenté de rattraper le coup en expliquant que les places de parking ont été rachetées pour servir d’espace publicitaire, une manière pour eux de faire plus de bénéfices. Sous la pression du scandale médiatique, Lexus Canada s’est finalement retiré de cette collaboration fortement critiquée et a laissé savoir que les places de parking pour les moins valides seront à nouveau disposées.

C’est dans un communiqué de presse que l’entreprise de voitures a fait son « mea culpa », même si ils ignoraient tout de la situation auparavant. L’aéroport serait alors le seul tenu pour responsable dans cette histoire.