Plutôt que de forcer la deuxième barrière, le conducteur déplace son camion juste assez pour mettre la cabine à l'abri, alors que le train arrive à 160km/h… Même si le conducteur du train appuie sur les freins d'urgence, la collision est inévitable.

La remorque, contenant des barres d'aluminium explose sous ce choc ultra violent, projetant des débris jusqu'à la gare de Studenka, à 500 mètres de là ! Si trois passagers du train sont tués, et dix-sept blessés, dont le conducteur du train, le routier est lui sain et sauf… mais entre les mains de la justice tchèque.

Quelle sentence mérite ce conducteur – assassin ?