Esthétiquement, ce SVR fait la part belle à la sportivité et ne se différencie pas à outrance du Range Rover Sport dont il dérive. A bord, si le luxe est toujours d’actualité, on note juste l’introduction de nouveaux sièges sport ; ceux-ci ayant pour mission de maintenir au mieux les occupants en cas de forte sollicitation de l’accélérateur.

L’importance du maintien s’explique en vérité par ce que l’on retrouve sous le capot : un V8 suralimenté de 5 litres développant une puissance de 550 chevaux et affichant une valeur de couple de 680 Nm. Cette puissance est transmise aux quatre  roues motrices par l’intermédiaire d’une boîte auto à 8 rapports. Le SVR conserve bien sûr son ADN de crapahuteur ; boîte de transfert, suspension pneumatique et système « Wade Sensing » pour les passages à gué l’équipant de série. Enfin, question performances, Land Rover annonce un 0 à 100 km/h expédié en 4,7 secondes et une vitesse de pointe limitée électroniquement à 260 km/h.

Et vous, en général, que pensez-vous de ces SUV musclés ?