ESSAI Hyundai i40: que lui manquait-il?

En fait, pas grand-chose ! Depuis son lancement en 2011, l'i40 a su peu à peu faire son trou dans le monde très sélectif du Fleet. C'est dire. Mais on peut toujours faire mieux, et c'est ce qu'elle fait.

Pour une voiture de ce segment, être admise dans le cercle plutôt fermé de la du fleet, même en temps qu'outsider, est de fait une sorte de consécration. Certes c'est assez spécifique au marché belge, mais c'est révélateur de la qualité d'une voiture.

Mise à jour surtout technique

Bien que toute la face avant et le pare-chocs arrière aient été retouchés, c'est sur la route qu'on remarquera les améliorations. Premièrement, la filtration accrue des bruits et des vibrations, à laquelle participent les meilleurs matériaux désormais utilisés pour la finition de l'habitacle. C'est aussi sur la route qu'on appréciera le nouveau système d'info-divertissement à écran tactile, plus lisible et plus "user friendly", et qui intègre désormais la réception DAB (radios digitales). L'i40 gagne au passage des aides à la conduite assez "haut de gamme": lecture des panneaux routiers, feux de route automatiques ou encore un hayon, sur le break, qui s'ouvre automatiquement lorsqu'on approche, clés en poche, les bras chargés. Bref, en termes de confort et de raffinement, l'i40 a encore moins qu'avant à rougir face à quiconque.

Double embrayage

La nouveauté la plus importante est mécanique, et concerne le moteur le plus vendu du catalogue i40: le 1.7 CRDi. La version 115 ch gagne en couple (de 260 à 280 Nm, dès 1.250 tours) et perd en appétit (4,1l/100km pour 110g CO2/km), entre-autres grâce au Stop&Start désormais en série sur tous les diesels. Le 136ch quant à lui devient un 141ch et son couple progresse aussi, de 325 à 340 Nm. Mais surtout, ce moteur peut à présent être accouplé à la boîte auto double-embrayage 7DCT, déjà disponible sur le Tucson 1.6 CRDi.

Premier avantage: 30% de conso en moins par rapport à l'ancienne boîte auto. Mais le plus plaisant, c'est l'harmonie qui règne entre le moteur et la boîte. La douceur de fonctionnement de la transmission est remarquable, les passages de rapports quasi imperceptibles, et comme l'insonorisation mécanique de la voiture est très soignée, on en arrive à trouver à l'i40 la noblesse de ces voitures qui glissent sur la route sans se faire entendre. On connait un diesel 2.2 Mercedes qui doit en faire une jaunisse…

Conclusion

Voiture toujours aussi belle et subtilement remaquillée, équipement enrichi de choses vraiment utiles, appétit en légère baisse, agrément en hausse, une des meilleures boîtes double-embrayage du moment… C'est bon, examen de mi-carrière réussi, bonne continuation !

L’i40 1.7 CRDi 7DCT en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres turbo diesel, 1.685cc; 141ch à 4.000tr/min; 340Nm de 1.750 à 2.500tr/min

Transmission : aux roues avant

Boîte : auto double-embrayage 7 rapports

L/l/h (mm) : 4.770/1.815/1.470

Poids à vide (kg): 1.539

Volume du coffre (l) : 525

Réservoir (l) : 70

0 à 100 km/h (sec.) : 11


Points positifs

Retouches subtiles

Ensemble 1.7 CRDi – boîte 7DCT excellent

Insonorisation, confort

Points négatifs

Pas de version essence turbo

Conduite dynamique peu gratifiante


Les autres motorisations 

1.6 GDi : 135ch, 6,4l/100km, 195km/h, 25.699 euros TVAC.

2.0 GDi : 166ch, 7,2l/100km, 210km/h, 34.949 euros TVAC.

1.7 CRDi : 115ch, 4,6l/100km, 190km/h, 27.449 euros TVAC.

Prix : 32.199 € TVAC

Puissance : 141 ch

V-max : 200 km/h

Conso. mixte : 5 l/100km

CO2 : 129 g/km