ESSAI Mercedes Classe X: le pick-up façon premium

Avec son Classe X, Mercedes passe à l’offensive sur le marché croissant des pick-up. Et s’il s’annonce bien évidemment capable de travailler dans les conditions les plus rudes, parce qu’il s’appelle Mercedes, il n’en oublie pas de se faire chic et élégant.

Le marché des pick-up «mid-size» connaît une croissance importante et régulière depuis plusieurs années, et devrait encore voir son volume progresser de 43% à l’échelon mondial au cours de la prochaine décennie. Toyota avec son Hilux, Ford avec son Ranger, Volkswagen avec son Amarok et Nissan avec son Navara s’y taillent la part du lion, et Mercedes ne pouvait se priver plus longtemps d’un marché aussi prometteur.

Base japonaise 

Plutôt que de développer un coûteux produit en interne, Mercedes s’est appuyé sur les accords conclus avec l’Alliance Renault-Nissan pour puiser les fondements de son Classe X. Celui-ci dérive étroitement du Nissan Navara NP300. Au premier regard toutefois, bien malin qui pourra déceler le pick-up japonais derrière les élégants traits de ce Classe X. Chaque partie a été profondément redessinée pour s’inscrire dans la gamme Mercedes. L’habitacle est de la même veine, avec un tableau de bord qui s’inspire des véhicules particuliers de la marque. Le tableau de bord s’habille donc d’un large bandeau horizontal où apparaissent les bouches d’aération rondes chromées.

Au centre, l’écran «façon tablette» du système multimédia connecté Comand Online est bien présent, piloté par la molette tactile placée sur le tunnel de transmission. L’équipement général se montre d’ailleurs digne d’un SUV puisqu’il sera possible de recourir à l’aide au freinage d’urgence, à l’assistant au maintien de voie et à la reconnaissance de la signalisation. Des raffinements qui seront sans doute réservés au plus huppé des trois niveaux de finition proposés : Pure, Progressive et Power. Le premier est résolument tourné vers le travail, avec ses boucliers mats et ses jantes tôlées, quand les deux autres ont une vocation plus polyvalente. Mercedes n’hésite même pas à dédier sa version haut de gamme aux «citadins branchés qui ne transigent pas sur le luxe» (sic) et à le mettre en scène dans un environnement urbain. Etonnant non, pour un véhicule de 5,34 mètres capable d’emmener 5 occupants, jusqu’à 1,1 tonne dans la benne arrière, et de tracter 3.500 kilos ? 

Moteur V6

Techniquement, ce Classe X reprend donc la base solide et éprouvée de son cousin japonais. Deux motorisations quatre cylindres seront proposées au lancement, à savoir le 2.3 de 163 (220d) et 190 chevaux (250d) issus également de l’Alliance. Ils pourront être livrés en propulsion ou en transmission intégrale enclenchable, et le plus puissant des deux permettra d’opter pour une boîte automatique à sept rapports en remplacement de la solution mécanique 6 vitesses fournie de série. Dès l’an prochain, un V6 diesel 258 chevaux 100% Mercedes coiffera la gamme, et deviendra le pick-up le plus puissant de son segment. Celui-ci sera couplé à la boîte de vitesses 7G-Tronic, assorti d’une transmission 4Matic permanente. Toutes les versions à transmission intégrale profiteront d’une gamme de vitesses courtes et d’un limiteur de vitesse en descente, renforcés d’un différentiel arrière optionnel pour améliorer encore les capacités de franchissement si nécessaire.

Digne de son blason ?

Mercedes annonce également avoir revu l’ensemble des réglages du châssis et de la direction. Les quelques tours de roues effectués dans le siège passager confirment en tout cas un confort de très haut vol, sur bitume comme sur piste, secondé par une insonorisation (elle aussi revue) de loin supérieure à ce qui se fait actuellement sur le marché. Même en charge, le quatre cylindres reste étonnamment discret à bord. La stabilité et la précision de la direction semblent également excellentes, comme en témoignent les vitesses auxquelles notre chauffeur avalait les courbes de la piste d’essai sans avoir à corriger la trajectoire. Un test de freinage avec évitement a fini de nous convaincre de la belle stabilité de l’ensemble.

Conclusion

Technologique et confortable tout en reprenant une base éprouvée, le Classe X nous a fait une excellent première impression. A confirmer lorsque nous pourrons enfin passer sur le siège de gauche.

+

Look personnel et soigné

Capacités de franchissement et de charge préservées

Equipement haut de gamme

Stabilité et confort de marche (à confirmer)

-

Quelques plastiques utilitaires

Commande de boîte auto pas Mercedes

Le X 220d en quelques chiffres

Moteur : quatre cylindres, turbo, diesel, 2.298cc; 163ch à 3.750tr/min; 403Nm de 1.500 à 2.500tr/min

Transmission : aux roues arrière

Boîte : manuelle 6 rapports

L/l/h (mm) : 5.340/1.920/1.819

Poids à vide (kg) : 2.158

Charge utile (kg) : 1.042

Réservoir (l) : 73

0 à 100 km/h (sec.) : 12,5  

Prix : 37.437 € TVAC

Puissance : 163 ch

Vitesse maxi : 170 km/h

Cons. mixte : 7,6 l/100 km

CO2 : 199 g/km