L’Outlander, c’est un peu la poule aux œufs d’or de Mitsubishi. C’est même le modèle le plus vendu du constructeur japonais, devant l’ASX. Un peu comme si Volkswagen vendait plus de Touareg que de Tiguan… Bref, c’est un véhicule important. Et comme la concurrence est rude dans le segment (D), Mitsubishi a décidé de lui donner un petit coup de pouce. Esthétiquement, c’est la face avant qui attire l’œil. Cette nouvelle identité visuelle se nomme « Dynamic Shield ». Inspirée du bouclier de protection des Pajero, cette proue avait été dévoilée pour la première fois au Mondial de Paris en 2014. Tous les futurs modèles de la marque devraient en hériter.

Sur la bonne voie

A bord, les ingénieurs nippons se sont attachés à améliorer la qualité perçue, notamment au niveau de la sellerie mais aussi du volant et des différents inserts (portes et planche de bord). Un garnissage moussé fait son apparition sur le couvercle de la console centrale, mais on regrette qu’il ne soit pas davantage présent ailleurs. Dommage également que la position de conduite soit toujours aussi problématique pour les grands gabarits en raison des débattement insuffisants du siège et du volant. Par contre, le système de navigation MMCS se veut désormais convivial et intuitif grâce à une ergonomie repensée. Notez que l’Outlander PHEV va encore plus loin en jouant résolument la carte de la performance et du luxe (cuir naturel, passepoils contrastés, surpiqûres, placage façon bois, inserts style suédine…).

Plus rigide

Plus agréable visuellement, ce « nouveau » Outlander a également bénéficié d’une importante remise à niveau en matière de bruits et de vibrations. Pas moins de trente zones différentes du véhicule ont fait l’objet d’améliorations substantielles : moteur, suspensions, roues, carrosserie, vitrage, amortisseurs… Quant à la caisse, elle a été rigidifiée grâce à des renforts supplémentaires et l’utilisation d’acier à très haute limite élastique. Enfin, le calibrage des ressorts et amortisseurs a été sensiblement revu pour mieux maîtriser les mouvements de caisse.

Silencieux et confortable

Sur la route, notre modèle d’essai, équipé du moteur 2.2 diesel, s’est montré particulièrement silencieux et confortable. A défaut de se montrer incisif dans ses appuis, ce gros SUV enroule sur le couple et constitue un allié de choix pour avaler les kilomètres. Et lorsqu’il s’agit de se garer, la nouvelle fonction « bird-view » utilise ses quatre caméras pour rassurer le conducteur, même dans les espaces les plus exigus.

Conclusion

Bien né, l’Outlander se bonifie avec le temps grâce à quelques retouches exécutées avec discernement. La version PHEV (hybride rechargeable) est particulièrement intéressante pour les flottes d’un point de vue fiscal (déductibilité).

Mitsubishi Outlander : prix neufs, données techniques, options de série…

  • Confort
  • Insonorisation
  • Agrément moteur (2.2 Di-D)
  • Position de conduite
  • Finition encore perfectible